Ce challenge ABC consiste à lire, sur un intervalle d’une année, 26 livres dont la première lettre du nom (ou prénom) de l’auteur commence par l’une des vingt-six lettres de l’alphabet.

  • Alessandro BARICCO – Soie
  • BORDAGE Pierre – Échos dans le temps
  • COE Jonathan – Expo 58
  • DESPENTES Virginie – Vernon Subutex
  • ENDŌ Shūsaku – Silence
  • FLYNN Gillian – Les apparences
  • GAUDÉ Laurent – Danser les ombres
  • HAYDER Mo – Rituel
  • Iain BANKS – ENtreFER
  • JOULE Robert-Vincent, BEAUVOIS Jean-Léon – Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens
  • KERANGAL Maylis de – Réparer les vivants
  • LAURENS Camille – Celle que vous croyez
  • MOREL François – Meuh !
  • NOREK Olivier – Surtensions
  • ORMESSON Jean d’ – Je dirai malgré tout que cette vie fut belle
  • PANCOL Katherine – Les Yeux jaunes des crocodiles
  • Q
  • REICHS Kathy – Voyage fatal
  • SANSAL Boualem – 2084 – La fin du monde
  • THACKERAY William – Barry Lindon
  • U
  • VINCENT Jean-Didier – Biologie du couple
  • WERBER Bernard – Le sixième sommeil
  • X
  • Y
  • Z

L’objectif de cette année ne sera pas forcément de découvrir de nos nouveaux auteurs, mais surtout de faire baisser de façon significative ma PAL.

Par ailleurs, cette liste est actuellement incomplète. Elle n’est pas définitive et sera complétée au fil de l’année et  de mes lectures.

PAL : Pile de livres à lire

Chant d'automne (Charles BAUDELAIRE)

Chant d’automne (Charles BAUDELAIRE)

I.

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J’entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l’hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon cœur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé.

J’écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L’échafaud qu’on bâtit n’a pas d’écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu’on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? – C’était hier l’été ; voici l’automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

II

J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd’hui m’est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l’âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre cœur ! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
Amante ou sœur, soyez la douceur éphémère
D’un glorieux automne ou d’un soleil couchant.

Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide !
Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l’été blanc et torride,
De l’arrière-saison le rayon jaune et doux !

Charles BAUDELAIRE (1821-1867) – Les fleurs du mal


I.

Kìa đang đến cảnh giá băng tăm tối;
Hè vui tươi ngắn ngủi giã từ xa
Nghe thê thảm đâu đây ngàn tiếng dội
Cành úa rơi vang dội góc sân nhà

Ở trong tôi một mùa đông trở lại
Giận, ghét, run, khiếp sợ, nhọc nhằn đau
Như mặt trời trong giá băng địa ngục
Trá tim tôi, khối đỏ, lạnh băng sầu

Tôi run rẩy nghe cành khô rơi rụng
Tiếng đục khàn máy chém dựng kêu vang
Ôi thương đau linh hồn tôi tháp đổ
Từng nhát đâm thôi thúc nặng nề mang

Chừng nghe mãi tiếng gõ đều dai dẳng
Ngỡ quan tài đóng nắp vội đâu đây
Vì ai đó ? hè đi, thu đã đến
Tiếng âm vang huyền diệu lúc chia tay

II.

Anh yêu em, mắt xanh màu biếc nhạt
Đẹp ngoan hiền, mọi đau khổ hôm nay
Cả tình yêu, phòng the, và bếp sưởi
Đâu sánh bằng biển sáng ánh trời tây

Hãy yêu anh bằng trái tim hiền mẫu
Dẫu cho rằng anh bội bạc, ngang tàn
Hãy dịu dàng, tình nhân hay người chị
Trong hoàng hôn hay lộng lẫy thu vàng

Xin hối hả, mồ sâu đang ngóng đợi
Gối chân em anh muốn dựa đầu lên
Hạ nồng nực trôi qua mà tiếc nuối
Cảnh giao mùa, tận hưởng ánh vàng êm.

Sonnet XVIII : Baise m'encor, rebaise-moi et baise (Louise LABÉ)

Sonnet XVIII : Baise m’encor, rebaise-moi et baise (Louise LABÉ)

Baise m’encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m’en un de tes plus savoureux,
Donne m’en un de tes plus amoureux :
Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j’apaise,
En t’en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m’Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie.

Louise LABÉ

Louise LABÉ

Louise LABÉ (1524-1566)


Hôn em đi, hôn em nhiều hơn thế ;
Nụ hôn êm, thắm thiết ngọt thơm lành,
Nụ hôn tình, say đắm nhất nghe anh:
Nóng hơn than bốn lần, em sẽ trả.

Chìu anh nhé, nhiều hơn em chẳng ngại
Mười lần hôn êm ái rất dịu dàng
Quyện nhau hôn âu yếm giấc mơ vàng
Niềm vui sướng trao nhau đầy ước mộng

Rồi sau đó cùng nhân đôi cuộc sống
Sống cho nhau, và cho chính thân mình
Lúc rồ điên em nghĩ cũng vì Tình :

Luôn sống thế, em cô đơn lặng lẽ
Muốn đời vui, lúc mà em có thể
Khi nào làm khờ dại, chút ngu ngơ.

NGUYễN Du

NGUYễN Du

Trăm năm trong cõi người ta
Chữ tài chữ  mệnh khéo là cợt nhau
Trải qua một cuộc bể dâu
Những điều trông thấy mà đau đớn lòng.


De tout temps, dans le monde des hommes,
Le génie et la destinée sont toujours en lutte
Et dans le court espace d’une vie
Tout ce qui s’offre à notre vue est sujet de souffrances.

NGUYễN Du

L'éternelle chanson (Rosemonde GÉRARD)

L’éternelle chanson (Rosemonde GÉRARD)

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,
Nous nous croirons encore de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer,
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant toujours par un baiser.
Combien de fois jadis j’ai pu dire « Je t’aime » ?
Alors avec grand soin nous le recompterons.
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.
Un rayon descendra, d’une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Qu’importeront alors les rides du visage ?
Mon amour se fera plus grave – et serein.
Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens.
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve,
Je veux tout conserver dans le fond de mon cœur,
Retenir s’il se peut l’impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.
J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d’une richesse rare
J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !
Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J’aurai tout conservé dans le fond de mon cœur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d’amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.


 

Một mai kia anh già, em sẽ thế
Tóc hoàng kim đã bạc trắng phơ nhòa
Vườn tháng năm lung linh chùm hoa nắng
Tay ấm nồng, run rẩy bước chân qua

Tim yêu dấu tưng bừng xuân mở hội
Tưởng đôi ta về lại thuở còn xanh
Cười duyên dáng, em nhìn anh cúi khẽ
Đôi uyên ương già thấy mãi còn xinh

Giàn nho xanh bên nhau nhìn say đắm
Mắt long lanh trìu mến động lòng ai
Một mai kia anh già, em sẽ thế
Tóc em vàng nay bạc trắng phôi phai

Ghế thân quen nay đà rêu xanh phủ
Ghế đôi ta một thuở chuyện trò vui
Dịu dàng quá lâng lâng niềm sung sướng
Lời trao nhau kết thúc nụ hôn mời

« Anh yêu em » bao lần xưa đã nói
Những lo âu muốn đếm lại từng lời
Đôi ta thế, có nghìn điều để nhớ
Những gì xưa diễm tuyệt vẫn nhắc hoài

Tia nắng ấm buông rơi chừng ve vuốt
Tóc bạc phơ tô điểm ánh hồng tươi
Chiếc ghế cũ thân thương đầy rêu biếc
Ghế đôi ta một thuở chuyện trò vui

Anh yêu em mỗi ngày hơn thế nữa
Thua ngày mai, nhưng vượt quá hôm qua
Những vết nhăn đâu còn chi nghĩa lý
Khi đường xưa ngan ngát đóa hồng hoa

Giấc mơ xuân dâng đầy tim yêu dấu
Kỷ niệm nào hai đứa cũng như nhau
Luôn quấn quít chẳng rời xa ký ức
Mãi bên nhau như tơ dệt muôn màu

Già yếu đi thời gian nào cưỡng được
Mỗi ngày thêm siết chặt búp tay ngà
Anh yêu em mỗi ngày hơn thế nữa
Thua ngày mai, nhưng vượt quá hôm qua

Tình cho nhau trôi qua như mộng đẹp
Muốn giữ hoài thăm thẳm đáy tim sâu
Xin níu lại, sợ tan dòng cảm xúc
Để từ từ tận hưởng lúc mai sau

Tần tiện dấu những niềm vui đã đến
Luôn khát khao tích trữ đến ngày già
Và lúc đó bớt âu lo phiền muộn
Tuổi mơ vàng sống lại những ngày qua

Luôn mãn nguyện những ngày xưa hạnh phúc
Ký ức về êm dịu thuở yêu nhau
Tình âu yếm trôi qua như mộng ngọc
Muốn giữ hoài thăm thẳm đáy tim sâu

Một mai kia anh già, em sẽ thế
Tóc hoàng kim đã bạc trắng phơ nhòa
Vườn tháng năm lung linh chùm hoa nắng
Tay ấm nồng, run rẩy bước chân qua

Tim yêu dấu tưng bừng xuân mở hội
Tưởng đôi ta về lại thuở ngày xuân
Cười duyên dáng, em nhìn anh cúi khẽ
Và run run thốt nhẹ tiếng yêu thầm

Giàn nho xanh bên nhau nhìn say đắm
Ánh mắt tình đẫm ướt lệ đôi mươi
Một mai kia anh già, em sẽ thế
Tóc em vàng nay bạc trắng như vôi.

Allez, mes vers, allez annoncer la nouvelle,
Allez chanter partout la fin de ma langueur ;
Celle qui dans ses yeux cachait tant de rigueur,
Se montre maintenant aussi douce que belle.

Amants, qui vous moquez de l’amour éternel,
Amants, qui en amour dédaignez la longueur,
Le temps est quelquefois de nos peines vengeur ;
L’amant n’est pas amant s’il n’est ferme et fidèle.

Je veux bâtir un temple à ma fidélité,
Où d’un côté sera peinte la cruauté,
Les travaux, la douleur qu’un amoureux supporte ;

Et de l’autre côté ces vers seront écrits :
Amour m’a fait entrer dedans son paradis ;
Qui ne sera constant, n’heurte point à la porte.

Claude de TRELLON (mort en 1611) est un poète français de la Renaissance.


Nàng thơ hỡi ! xin vì ta hãy nói
Hát lên đi, ta hết khổ đau rồi
Có một dạo nàng thờ ơ lạnh nhạt
Bỗng hôm nay dịu ngọt đẹp xinh cười

Thương những ai mỉa mai tình chung thủy
Nói cuộc tình đâu thể vấn vương hoài
Thắng khổ đau: thời gian liều thuốc quí
Khi đã yêu là yêu mãi lâu dài

Đền Chung Thủy, ta khát khao gầy dựng
Ơn tình nhân ghi khắc phía bên này
Dẫu thương đau thăng trầm nhiều cay đắng

Phía bên kia, thơ ghi nhớ từng ngày
Thiên Đường đó, chờ tình yêu dẫn lối
Kẻ vô tình xin chớ bước qua đây.

Ce challenge ABC consiste à lire, sur un intervalle d’une année, 26 livres dont la première lettre du nom de l’auteur commence par l’une des vingt-six lettres de l’alphabet.

  • A
  • BOSC Adrien – Constellation
  • CHALANDON Sorj – Le quatrième mur
  • DUGAIN Marc – Quinquennat (Trilogie de L’emprise II)
  • Éric HOLDER – Le saison des Bijoux
  • FIELDING Helen – Le journal de Bridget Jones
  • G
  • H
  • I
  • J
  • KING Stephen – Joyland
  • L
  • MORGAN Kass – Les 100 – 03 – Retour
  • N
  • ONFRAY Michel – Brève encyclopédie du monde – 01 – Cosmos
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • WATSON S. J. – Avant d’aller dormir
  • X (collectif)13 à table !
  • Yasmina KHADRA – La dernière nuit du Raïs
  • ZENITER Alice – Juste avant l’Oubli

Un homme est entrain de nettoyer sa voiture pendant que son fils de 4 ans joue à côté. D’un coup, il a vu que le petit est entrain de dessiner sur l’autre côté de sa voiture…

Colère, l’homme a tenu la main de son fils et tape très fort dessus sans apercevoir qu’il a une clé ds sa main…
Résultat ds l’hôpital, l’enfant a perdu tous ses doigts…. il le regarde en demandant : papa, quand est ce que mes doigts vont repousser?
Effondré ds la colère, l’homme retourne frapper sa voiture et du coup, il a vu les rayures que son fils a fait:papa, je t’aime trop….

Oui, n’oublie pas une chose dans la vie : les objets sont à utiliser, les proches dont à aimer!!! Mais trop de gens mettent plus de valeur sur leurs objets!

-attention avec tes pensées car tu vas les prononcer
-attention avec tes paroles car tu vas les réaliser
-attention avec tes actions car elles deviendront tes habitudes
-attention avec tes habitudes car ce sera ton caractère
-attention avec ton caractère car il décide ta vie!

Quand tu vois seulement ta colère, tu es aveugle sur la tristesse et le malheur d’alentour même s’ils sont juste à côté !
Tu as raison? Oui mais essaie de penser aussi que les autres en ont aussi, juste que tu la traite moins importante!

Et aussi, Dire pardon ce n’est pas parce que tu es en tort, c’est parce que tu respectes la relation avec la personne. Plus l’homme est genereux, plus sa partenaire le respecte et moins elle est rancunière.

Je m’y retrouve et partage avec des mises à jour pour contexte…

Autant le dire dès maintenant, cet article risque de casser l’image de la petite famille tranquille, de la jolie fratrie presque parfaite. Cet article je le réfléchis depuis longtemps. Parce qu’il est difficile à écrire, que les mots justes sont difficiles à trouver, et que si il doit exister il faut absolument qu’il soit vrai, et complet.

21:47

Je m’y retrouve et partage en mise à jour pour contexte…
Autant le dire dès maintenant, cet article risque de casser l’image de la petite famille tranquille, de la jolie fratrie presque parfaite. Cet article je le réfléchis depuis longtemps. Parce qu’il est difficile à écrire, que les mots justes sont difficiles à trouver, et que si il doit exister il faut absolument qu’il soit vrai, et complet.
Maxi, je t’en ai déjà parlé plusieurs fois par ici. C’est donc l’aînée de la fratrie, notre « grande » de 5 ans tout juste.
Cette enfant, c’est une petite fille qui a de l’énergie à revendre, qui aime jouer, courir, chanter, lire, dessiner, découvrir de nouvelles choses et raconter ses journées d’école. C’est une enfant un peu pot de glu, avide de jalousies. Une enfant pleine de cœur et de tendresse, très sensible, qui pleure lorsqu’elle ressent de la douleur ou de la tristesse chez les autres.
Maxi, c’est une enfant entière en fait, une véritable tornade qui ne se pose jamais, aux émotions intenses et aux réactions très vives. Une enfant un peu démesurée en fait, un peu extrême dans ses comportements.
Enfin, c’est comme ça que je la perçois en tout cas.
Pour dire vrai, Maxi, c’est surtout une enfant qui me fait me poser énormément de questions, qui me fait même souvent douter.
Une enfant qui me fait régulièrement culpabiliser.
Une enfant qui me fait peur même, parfois. Peur de moi. Peur de ma façon d’être maman.
Une enfant que je ne comprends pas. Et que son père ne comprend pas non plus, je crois.
Maxi c’est un peu pour moi l’incarnation de la dure réalité de la parentalité.
Celle qui te fait prendre conscience que non, être parent, ça n’est pas toujours simple. C’est même souvent compliqué. Et que ça n’est forcément toujours magnifique non plus.
Avec Maxi, pour moi, être Maman, c’est souvent difficile. Dur même en fait.
Maxi, c’est l’enfant ultra-désiré, celui que l’on met du temps à avoir, et qui arrive un peu comme un miracle.
C’est aussi le premier enfant, celui par qui tout commence, celui avec lequel on fait ses armes de parent, celui avec lequel on découvre ces émotions si particulières et tellement fortes liées à la parentalité.
C’est aussi la seule de la fratrie a avoir été un temps, même court, fille unique.
Maxi, j’ai été seule avec elle à la maison 24h/24 pendant ses 11 premiers mois de vie. Puis j’ai repris le travail, et son Papa est parti souvent pour son travail.
Raisonnablement, on peut considérer que cette enfant a été en fusion quasi exclusive avec sa Maman pendant ses 18 premiers mois. Rien que toutes les deux. Je me souviens de ces moments partagés avec émotion. Du cododo quand papa est absent. Des milliers de photos. Des longs moments au bain où je riais parce qu’elle mettait de l’eau partout. De l‘émerveillement à chaque tout petit progrès. Des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre chaque fois que son visage traversait mes pensées.
De ces instants privilégiés, uniques, intenses, si particulièrement intenses, que l’on ne vit de cette façon qu’avec le premier.
Regarder ce petit bout de bébé grandir, évoluer, avancer. Se sentir épanouie et comblée, vibrer devant ce petit être, être cette maman ultra protectrice, fusionnelle même, que jamais je n’aurai soupçonnée.
Et puis on a déménagé. Retrouvé une vie de famille normale, le Papa a repris sa place. On était bien là tous les 3. On préparait l’arrivée de Mini qui entre temps s’était invité dans mon bidon.
Elle a continué à grandir la Maxi. Petit à petit, elle a gagné un nouveau surnom : Terrible Two. Ca lui allait à ravir.
Du Terrible Two à la mode Maxi, pas dans la demi-mesure du tout. Du genre qui a commencé à 21 mois et n’a peut être bien jamais pris fin. J’en sais rien en fait. Je sais même plus si c’était du Terrible Two ou « juste » son caractère qui commençait à s’affirmer.
Je me rappelle qu’à l’époque j’en riais, beaucoup, de cette mini crise d’ado. Même si j’ai eu aussi mes moments de colère, de dépassement voire de dépit, je te rassure. Mais je gérais plutôt bien malgré tout, je trouvais ça mignon, voir devenir mon petit bébé un être affirmé, qui grandit, qui prend sa propre personnalité. Je me souviens même que je disais que je préférais qu’elle ait du caractère, qu’il en faudrait pour l’école et pour la vie d’adulte ensuite.
Et puis, je ne sais plus.
Le trou noir.
L’oubli.
Je ne saurai plus dire comment les choses ont changé. Ni quand. Toujours est-il qu’aujourd’hui, tout est tellement différent.
Cette enfant devant laquelle je m’émerveillais, cette enfant de qui je me sentais si proche, cette relation si intense, si belle, n’est presque plus aujourd’hui que conflit.
Mon enfant, je ne la reconnais plus.
Mon enfant, souvent, elle m’énerve, je peine à la supporter.
Mon enfant, j’ai désormais du mal à vivre avec elle des moments de complicité.
Mon enfant, elle parle tellement fort que je peine finalement à l’écouter.
Elle cherche sans cesse les limites, prends du plaisir à les dépasser. Elle provoque, nous regarde avec un sourire défiant lorsqu’on lui demande de s’arrêter.
Elle contredit sans cesse, dit non quand on dit oui, oui quand on dit non.
Elle part dans tous les sens, touche à tout, donne des ordres.
Elle martyrise sa soeur, le frappe, l’invite fourbement à faire ce qui est interdit pour mieux venir nous vendre l’info ensuite.
Elle chante quand on lui demande le silence. Se tait quand on lui pose une question.
Elle casse, jette ses jouets, puis pleure parce qu’elle ne les a plus. Elle se punit toute seule, s’isole dans une pièce d’elle-même, puis hurle parce qu’elle est seule.
Elle répète en boucle des trucs qui ne veulent rien dire, attend gentiment que je finisse par perdre mes moyens à force de l’entendre. Me regarde m’agacer, se marre.
Puis pleure.
Elle a ce regard provocateur, ce sourire moqueur qui sait nous désarmer et nous mettre hors de nous.
Elle est dans la défiance, tout le temps. Elle me fatigue, m’agace. Elle cherche l’attention, je sais. Bien sûr que je sais. Et pourtant. Plus elle cherche, plus elle m’énerve, plus je me ferme. Et plus elle cherche.
Et on crie. On punit. On ignore parfois. On essaye d’en jouer, d’en rire. De discuter. D’expliquer. De comprendre. De poser des questions. De passer du temps avec elle.
Et l’on s’interroge. Je m’interroge.
Je culpabilise de cette impression de ne plus voir mon enfant que de manière négative. D’avoir loupé un truc, ou plusieurs. D’avoir forcément fait, ou peut être de n’avoir pas fait, un truc essentiel à l’origine de tout ça. Mais lequel… Lesquels ?
Me dire que nous sommes forcément fautifs, il y a forcément quelque chose qui rend cette relation si dure, si conflictuelle.
Me dire que peut être tout ça est du à l’arrivée de Mini.
Me dire parceque peut être nous ne savons pas nous y prendre. Trop strictes, ou pas assez ? Attachés à des principes bidons, qui donnent trop d’importance à certaines choses, pas assez à d’autres ? Qui ne se mettent pas suffisamment dans sa tête, à sa hauteur ? Ou qui peut-être s’y mettent trop ?
Me dire que peut être ça n’est rien du tout ? Juste un passage normal dans une vie de parent ?
Me dire que peut être ça n’est « que » son caractère ? Juste ça ? Et avoir peur d’être cette mère indigne qui ne supporte pas le caractère, la personnalité de son propre enfant…
M’apercevoir qu’à force d’être dans le conflit, la relation se brise encore et encore, qu’avec le temps qui passe, je m’éloigne moi-même d’elle. Que je ne suis plus très réceptive à ses sollicitations. Culpabiliser, encore. S’interroger, toujours.
Se sentir profondément triste. De voir cette relation avec son propre enfant à ce point dégradée. Si éloignée de ce dont on avait rêvé.
Et si au fond, c’était ça ? Une relation trop idéalisée, et finalement rattrapée par la réalité, loin du rêve, de l’idéal, juste le vrai, le quotidien, la vie de parent.
La vie de parent jalonnée de questionnements, de doutes, de peurs, de chutes aussi. Et de bons moments aussi, d’instants magiques, de moments d’émotion.
Mon enfant, elle me touche, tellement. Je la trouve si mignonne, quand elle est assise à discuter avec ses doudous. Quand elle me raconte ses histoires de copines en rentrant de l’école. Quand elle m’offre de ses vraies ouevres d’art dde dessins. Quand elle m’aide à bien mettre la table.
Quand je découvre son cahier d’école, ses progrès, et que je ressens cette fierté qui donne des frissons.
Quand elle nous inonde de ses « je t’aime très fort ma Maman / mon Papa ».
Parfois, malgré tout, on capte d’excellents moments. Précieux. Beaux. On rigole, on joue, on partage, on lit une histoire. On retrouve chacune cette lueur, ce regard complice qui se fait si rare.
Bien sûr, je suis emplie d’amour pour ma fille. C’est mon enfant, mon grand bébé, ma grande fille. Je tremble quand je la vois pleurer partir avec le centre aéré. Je m’inquiete quand elle s’est fait agressée par les copains.Je suis fière de la voir si bien grandir. Je trouve que c’est la plus jolie de toutes les petites filles du monde entier. Je fonds devant son sourire. Bien sûr, que l’on s’aime, toutes les deux, très fort, tellement que l’on se prend la tête tout le temps.
Parce que je dois bien l’avouer, elle me ressemble tant. Ce caractère, cette défiance, ces provocations, cette façon insidieuse d’essayer d’attirer l’attention, ce besoin d’amour et de reconnaissance qui se bat sans cesse avec une immense volonté d’indépendance. C’est tellement… Connu, pour moi, tout ça.
Après tout ça, je ne sais plus si je ne la comprends pas, ma Fille, ou si je la comprends trop.
– Elle me perturbe, ma Fille. Pleine d’amour, hyper sensible. Si tendre, si douce. Et si dure à la fois