James Bond – 03 – Goldfinger

Dimanche 28 janvier 2006
Goldfinger est le troisième volet des aventures de James Bond, incarné par Sean Connery. La tradition selon laquelle le thème introductif devient une chanson pop est lancée avec cet opus.

GoldfingerRésumé : L'agent secret 007 est chargé d'enquéter sur les revenus d'Auric Goldfinger. La banque d'Angleterre a découvert qu'il entreposait d'énormes quantités d'or, mais s'inquiète de ne pas savoir dans quel but. Quelques verres, parties de golf, poursuites et autres aventures galantes plus loin, James Bond découvre en réalité les préparatifs du "crime du siècle", dont les retombées pourraient amener le chaos économique sur les pays développés du bloc Ouest…


Ce troisième James Bond avec Sean Connery est probablement l'un des meilleurs de la saga. Une peau entièrement dorée, une chanson inoubliable, un Oscar (effets sonores)… et la fameuse Aston Martin DB5 à siège éjectable. Goldfinger impressionne de par ses qualités.

Le scénario est très bien écrit et efficace. Il scelle l'ordre du mythe bondien avec une chanson, un homme de main et l'introduction de la voiture bourrée de gadgets. Cet épisode établit définitivement le style et la structure des films de la saga Bond.

Sean Connery est à son meilleur (y compris physiquement). Il peaufine le rôle du surhomme phallocrate, cigarette à la bouche, devant qui toute femme est impuissante et tout ennemi, déjoué.
Mais Goldfinger met aussi en scène un des méchants les plus charismatiques de tous en la personne de Auric Goldfinger lui-même. Il est ainsi brillamment interprété par Gert Fröbe, sadique à souhait.

– James Bond : "You expect me to talk ?"
– Goldfinger : "No, Mr Bond, I expect you to die !"

Les femmes occupent un espace moins important que dans les autres films, la vraie Bond girl, Pussy Galore, n'apparaissant que vers le milieu du film.

Ici, pas de guerre froide, juste l'histoire d'un ambitieux braquage de banque, avec un final dans Fort Knox où la bombe à retardement s'arrêtera au chiffre légendaire 007. Et c'est cette ambition, liée à une certaine décontraction, qui contribue à faire de Goldfinger un des tous meilleurs James Bond de la série.

A ne pas manquer.

Laisser un commentaire