Natural City

Mercredi 21 février 2006
Natural City est un film de science-fiction sud-coréen réalisé par Min Byeong-Cheon en 2003 et qui a reçu le prix des meilleurs effets spéciaux (Moon Byung-yong) lors des Grand Bell Awards 2004.

Natural CityRésumé : 2080. Deux espèces se partagent désormais le monde : l'homme et des créatures artificielles à son image, les cyborgs. Membre d'un commando d'une unité d'élite chargée de retirer de la circulation les cyborgs défectueux ou rebelles, R tombe pourtant amoureux de celle qu'il aurait dû éliminer, la belle Ria. Si, sous trois jours, R ne peut greffer la puce mémoire de Ria dans un nouveau corps, celle-ci mourra. Une seule solution pour éviter l'inéluctable : faire appel à Croy, un inquiétant scientifique qui prétend connaître le moyen de prolonger la vie au-delà de ses limites. Mais, dans son ombre, se profile la silhouette de Cyper, un cyborg de combat en quête d'immortalité…



A la lecture de ce résumé, le scénario est alléchant et semble un complexe mélange d'amour et de science-fiction, posant une question existentielle : les cyborgs sont-ils doté de sentiments ?

Beaucoup des critiques s'accordent alors pour dire que Natural City n'est qu'un plagiat de "Blade Runner", le chef d'oeuvre de Ridley Scott. En réalité, ce film est un véritable hommage à ce film et aussi à "Ghost In The Shell" de Mamoru Oshii. Mais, fortement inspiré par les thèmes relatés dans ces films, les réponses de Natural City ne semblent pas assez explicites.

En effet, les enjeux qui animent les personnages ne sont pas développés. L'amour passionnel entre R et Ria est assez mal définit. De grandes zones d'ombres marquent leurs relations sentimentales et l'origine de leur dévotion mutuelle, non dévoilée, coupe court à la compréhension complète du film. L'amour que Ria voue à R traduit une innocence et une pureté d'âme qui auraient pu être émouvantes si seulement la personnalité de la belle cyborg avait été un tant soit peu plus développée. En réalité, on ne sait que très peu de choses sur l'ensemble des personnages.

Par contre, les effets spéciaux sont absolument géniaux. Ni trop, ni trop peu, et au final un monde futuriste ultra réaliste dans lequel on plonge avec plaisir ! Le film est sublime d'un point de vue purement visuel mais, comme souvent dans ce cas, le réalisateur semble tomber dans le piège de la pure démonstration, laissant un peu l'histoire de côté.

La fin, assez violente mais au moins très surprenante, n'est pas des plus joyeuses, mais nous laisse une drôle d'impression une fois le générique terminé…

Inspiré d'Asimov pour les réflexions sur les robots et de "Matrix" pour les scènes de combat, ce film asiatique montre à quel point le cinéma futuriste coréen est en pleine expansion. Mais Natural City, film de science fiction noir et efficace qui réhabilite le genre en prenant ses marques sur ce qui s'est fait de mieux, présente néanmoins des défauts, à savoir un univers singulier et très intéressant mais une histoire assez mince et des personnages relativement inconsistants. L'œuvre est visuellement très aboutie mais le scénario méritait un meilleur traitement tant le sujet sera certainement d'actualité dans quelques décennies.

Natural City est une petite merveille visuelle et le véritable regret est que ce ne soit pas plus. Un chef d'œuvre nous a frôlé.

Laisser un commentaire