Wu Ji – La légende des cavaliers du vent

Dimanche 23 mars 2008
Né en 1952, le réalisateur Chen Kaige est devenu mondialement célèbre en recevant la Palme d'Or 1993 pour Adieu ma concubine. Wu Ji, La légende des cavaliers du vent a été présenté au Festival de Berlin 2006.

Wu JiRésumé : Sur un champ de bataille, la petite Quincheng en quête de nourriture se trouve face à la déesse Manshen qui détient la carte du destin.
Elle aide l'enfant, mais lui impose un pacte : "Tu seras adorée par les hommes les plus puissants, et leurs richesses seront à tes pieds. Mais tu n'obtiendras jamais l'amour vrai et si tu le rencontres, tu le perdras aussitôt."
Devenue reine, Quincheng ne peut influer sur le cours de son destin qui la condamne à ne jamais vivre le véritable amour. Elle ne le reconnaît pas alors qu'il se présente sous les traits d'un ancien esclave, Kunlun.
Il tentera de la délivrer de sa promesse car selon la prophétie de la déesse, "le destin ne peut être changé à moins que le temps n'inverse son cours, que la rivière coule vers sa source et que l'homme mort ne ressuscite."
Mais, au pays des légendes et de l'amour éternel, tout est possible. (Source : site officiel)



Le titre est explicite : il s'agit d'une légende. Inutile donc de chercher des explications rationnelles à l'apparition de la fée, aux combats aériens, à l'esclave qui vole plus vite que le vent.

En regardant ce film, il faut perdre tout rationalisme et se laisser emporter par son lyrisme, son flot d'images et de poésie, souvent magnifiques.

Les combats font penser à du Kurozawa, et l'émotion est présente. Les quatre acteurs principaux sont magnifiques.

Un beau conte. Une grandiose fresque épique et fantastique.

Laisser un commentaire