The Myth

Samedi 29 mars 2008
The Myth a été présenté au cours du 8ème Festival du film asiatique de Deauville, dans la section Action Asia. Il devrait sortir prochainement sur les écrans français ; en attendant, il est d'ores et déjà disponible en DVD HK.

The MythRésumé : 2005. Jack, un archéologue, ne cesse d'avoir des visions durant lesquelles il incarne un général de l'armée de Qin devant escorter une courtisane coréenne afin qu'elle puisse épouser l'empereur. Pourtant il ne s'agit que d'un rêve mais lorsqu'en Inde, accompagné d'un scientifique, il découvre un tableau représentant la courtisane, la frontière entre rêve et réalité va tendre à disparaître…



The myth joue la carte de la complexité scénaristique avec une approche bicéphale de l'action : on virevolte sans cesse entre le passé et le contemporain et l'on assiste presque à deux films différents.

Deux contextes différents qui apportent une fraîcheur bienvenue mais qui handicapent malheureusement le film, les deux parties pariant sur une atmosphère trop différente et laissant un arrière goût d'indécision. Le présent reprend à peu de choses près la recette traditionnelle de la comédie Jackie Chan, à savoir acrobaties et gags agrémentés d'un soupçon d'aventure. A l'opposé, le passé se veut sérieux et, contexte de guerre obligeant, violent. Mais c'est aussi ici que le romantisme puise sa source… Un étrange mélange de genres, énorme melting pot, qui rend le long métrage de Stanley Tong assez déstabilisant car incomplet sur tout les plans. Ni réellement comique, ni tragique, ni romantique.

Le scénario de Stanley Tong, jouant sur ces deux époques lointaines qui se rejoignent fini par lasser. Les tableaux se succèdent, alternant action et contemplation, mais ne possèdent pour la plupart que peu d'enjeux. A double narration, double ventre-mou !

La plus grande déception du film provient en fait des séquences d'action. Les chorégraphies – signature de l'artiste – se révèlent plutôt pauvres en regard de ses anciens films. Il faut dire que notre casse-cou n'est plus tout jeune et que du haut de ses 51 ans il s'est gentiment assagi. On retrouve dans l'histoire contemporaine des stigmates de ses anciennes prouesses qui sonnent ici comme autant de molles redites. Les combats sont moins inventifs, les décors moins exploités et les cascades moins pittoresques. Nombre d'entre elles sont d'ailleurs réalisées avec effets spéciaux.

Touche-à-tout maladroit, The Myth propose une histoire correctement racontée et possédant quelques moments de bravoures mais manquant de panache et d'inventivité. Pas déplaisant, mais loin d'être recommandable.

Laisser un commentaire