Captivity

Mardi 15 janvier 2008
Captivity s'inspire d'un chiffre inquiétant : chaque année aux Etats-Unis, 850 000 personnes disparaissent sans laisser de traces, dont la plupart ne reviennent jamais. C'est à partir de cette statistique que le scénariste, Larry Cohen, a brodé son histoire d'enlèvement. La jeune héroïne du film, Elisha Cuthbert, s'est fait connaître en incarnant la fille de Jack Bauer dans la série culte 24 heures chrono.

CaptivityRésumé : Jennifer Tree est la nouvelle top que s'arrachent les photographes et couturiers new-yorkais.
La fille qui fait rêver le grand public… pour le meilleur et pour le pire.
Un soir, Jennifer est suivie dans la rue par un homme, qui parvient à la droguer. Elle se réveille dans une cellule préparée à son attention et remplie d'objets personnels volés dans son appartement. Son ravisseur l'oblige à regarder des vidéos de femmes torturées dans cette cellule, avant de la soumettre elle-même jour après jour à d'horribles sévices.
Durant son calvaire, Jennifer découvre qu'elle n'est pas seule. Un jeune homme, Gary, est également retenu en captivité dans la pièce voisine. Elle entre en contact avec lui, dans l'espoir de trouver une issue à son cauchemar. (Source : site officiel)



S'il se fend d'une scène d'ouverture prometteuse, Roland Joffé aborde nos phobies quotidiennes sans grande intensité et survole le vrai sujet du film (le syndrome de Stockholm).

Le scénario, à trous, est mince et truffé d'incohérences. Le suspense horrifique est convenu.

Ce film d'horreur ne fait pas peur. Dommage !

Laisser un commentaire