Out (Natsuo KIRINO)

Samedi 31 mai 2008
Out, best-seller au Japon avec plus de 500000 exemplaires vendus, a reçu le Grand Prix du Roman Policier au Japon.

OutRésumé : Dans une usine de Tôkyô, quatre femmes travaillent de nuit. Leurs maris sont tous infidèles ou violents, et détestés. Lorsque Yayoi finit par étrangler son conjoint, c’est une véritable descente aux enfers qui commencent pour elle et ses complices. Leur route croise celle de Mitsuyoshi, un ancien homme de main hanté par le supplice qu’il a fait subir à… une femme. S’engage très vite une terrifiante lutte à mort…

Née en 1951 et auteur de Disparitions, Natsuo Kirino a remporté avec Out le Grand Prix du roman policier au Japon. Best-seller au pays du Soleil Levant, Out s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires.

“Retournements, vigueur du récit et conclusion, voilà qui ravirait Hannibal Lecter.” Library Journal

Traduit du japonais par Ryôji Nakamura et René de Ceccatty (Source: édition Points)



L’auteur nous fait découvrir un Japon et une société Japonaise comme on ne l’imagine pas où les Japonaises sont loin des douces geishas soumises qu’on nous jette en référence. On plonge dans le monde cru des banlieues, des petites gens, de la misère urbaine, de ces femmes pleine d’espoirs anéantis sous le joug d’un mari alcoolique, joueur ou tyrannique ou d’une belle mère. La réalité de ses vies qui s’entremêlent est posée sans ménagement.

Ce roman est bien noir, froid et parfois cru et choquant. Ames sensibles ou estomacs fragiles, abstenez-vous !

L’intrigue est originale et nous tient en haleine du début jusqu’à la fin. Avec un remarquable sens de la description de la face cachée de la nature humaine, Natsuo Kirino construit un puzzle diabolique et parfaitement huilée dont chaque pièce est ciselée avec précision. La grande force de ce roman réside dans la description de situations sordides qui prennent place si naturellement dans le déroulement de vies quotidiennes.

Un excellent thriller très terrifiant et plein de rebondissements.

Note : 4/5

3 réflexions sur « Out (Natsuo KIRINO) »

  1. On plante le décor, une usine à Tokyo, un univers gris, sale. 4 femmes travaillent à la chaîne de minuit à 5h et mènent une vie plus que morne jusqu’à ce que l’une d’elles tue son mari violent.
    Les autres lui viennent en aide et la déchéance commence alors avec de plus, l’arrivée de nouveaux personnages effrayants et mystérieux.
    J’ai beaucoup aiméce thriller très bien agencé qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Je trouve les personnages très bien “dessinés” par la plume de l’auteure qui joue à la fois avec la répugnance et la tendresse de leur traits ce qui crée une ambiance plutôt étrange au cours du roman.
    Surtout la fin où j’étais partagée entre la beauté et le dégout, sentiments plutôt déstabilisants donc.

    Ma note : 4,5/5

       littadict1

  2. Tout à fait d’accord avec ta critique Joubjoub.Ce roman est très noir, certaines scènes sont en effet crue et ma foi un peu choquante pour les âmes sensibles !
    L’auteur a réussi à insérer de façon très naturelle une intrigue très originale, sanglante et crue dans le quotidien assez misérable de 4 femmes, ouvrières de nuit dans une usine de paniers repas.

    Lorsque l’une d’entre elles, sur les nerfs, fini par étrangler son mari : les 4 amies vont se serrer les coudes et tout faire pour dissimuler le meutre. C’est alors que les évènements s’enchainent rapidement, il y a beaucoup de suspens, la lecture est rapide et passionnante. Ces quatre femmes vont peu à peu évoluer au cours de l’histoire, elles vont peu à peu s’éloigner les unes des autres.
    Juste un bémol pour les derniers chapîtres où tout comme LITTADICT j’ai été déstabilisée par les deux avant derniers chapîtres que j’ai trouvé très durs, assez malsains et répétitifs.

    Malgré cela, c’est vraiment un thriller étonnant mais à déconseiller aux âmes sensibles ! Les japonais ont vraiment beaucoup d’imagination et il faut être un peu félé pour écrire ce genre de livres non ????

    Ma note : 4/5

       supermartine

  3. Out de Natsuo Kirino
    Editions Seuil – 583 pages
     
    L’histoire (4ème de couverture)
    Toutes les nuits, quatre femmes – Masako, Yoshié, Kuniko et Yayoi – remplissent des paniers-repas dans une usine de Tôkyô. Différentes, elles le sont, mais elles ont un point commun : qu’ils boivent, les trompent, les battent ou les abandonnent, leurs maris les traitent comme des objets sans intérêt maintenant qu’elles ont vieilli. Toutes vivent le malheur d’être femmes dans un pays qui leur reconnaît peu de droits. Un jour, ce qui devait arriver arrive : l’une d’entre elles, Yayoi, finit par étrangler son mari, Kenji. Pendant ce temps, l’ex-nervi Mitsuyoshi Sataké refuse l’amour d’une de ses entraîneuses. Et se trouve pris dans la spirale d’horreurs qui suit le meurtre de Kenji. Ainsi est lancée la dynamique terrifiante qui verra ces cinq personnages s’affronter dans une lutte à mort pour la liberté, l’amour, le pouvoir et l’argent.
     
    Mon avis :
    J’ai beaucoup aimé ce roman, le portrait de ces 4 femmes qui  s’entraident pour sauver l’une des leurs, qui dérapent, s’éloignent, se rapprochent, et où tous les coups sont permis pour pouvoir s’en sortir.
    Ce qui m’a le plus touché, c’est ce patchwork de sentiments qui oscillent dans les tête de chacune (desespoir, tendresse, cruauté, vengeance, amour) ainsi que la condition de femme japonaise où il est totalement mal venu de travailler au lieu de s’occuper des enfants, ou d’espérer avoir un poste similaire à un homme dans une entreprise.
    Et puis ces multiples rebondissements qui font que l’on a très envie de savoir comment cela va se terminer alors que l’on a les clés en main dès le départ. D’ailleurs,  ce ne sont pas les éléments sanglants qui font que l’on a peur ou que l’on veut en savoir plus, mais plutôt la manière dont tout cela est décrit, très froidement comme des évènements de la vie quotidienne.
    Dernière chose, j’ai vraiment bien aimé  qu’un grand nombre de scènes soient racontées via le point de vue de chaque protagoniste (un peu à la “Elephant” de Gus Van Sant)
    Une lecture qui m’a fait passer une nuit blanche !
    Ma note : 5/5 – Un coup de  coeur

       Clochette1509

Laisser un commentaire