Phénomènes

Lundi 30 juin 2008 – Rex
C’est en traversant les paysages verts et luxuriants du New Jersey que M. Night Shyamalan a eu l’idée de Phénomènes. Il se souvient : “Je rentrais à New York, c’était une journée magnifique et les arbres bordaient la route. Je me suis brusquement demandé ce qui se passerait si la nature se retournait contre nous. En un instant, j’avais toute la structure de l’histoire, les personnages s’imposaient d’eux-mêmes.”

PhénomènesTitre original : The Happening

Résumé : Surgi de nulle part, le phénomène frappe sans discernement. Il n’y a aucun signe avant-coureur. En quelques minutes, des dizaines, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes, totalement incompréhensibles. Qu’est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain ? Est-ce une nouvelle forme d’attaque terroriste, une expérience qui a mal tourné, une arme toxique diabolique, un virus qui a échappé à tout contrôle ? Et comment cette menace se propage-t-elle ? Par l’air, par l’eau, ou autrement ?
Pour Elliot Moore, professeur de sciences dans un lycée de Philadelphie, ce qui compte est d’abord d’échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel. Avec sa femme, Alma, ils fuient en compagnie d’un ami, professeur de mathématiques, et de sa fille de huit ans.
Très vite, il devient évident que personne n’est plus en sécurité nulle part. Il n’y a aucun moyen d’échapper à ce tueur invisible et implacable.
Pour avoir une mince chance de survivre, Elliot et les siens doivent à tout prix comprendre la véritable nature du phénomène, et découvrir ce qui a déchaîné cette force qui menace l’avenir même de l’espèce humaine…



Le film démarre sur les chapeaux de roue, avec une tension maximale, mais s’essouffle rapidement.

Le scénario surfe sur la vague de l’irrationnel et du fantastique, sur fond d’écologie.

Une oeuvre réaliste et plutôt sombre, mais qui nous laisse sur notre faim. Dommage.

Laisser un commentaire