La boîte noire

Mardi 5 août 2008
Pour son troisième long-métrage, un thriller psychologique, Richard Berry s’est tourné vers l’adaptation d’une courte nouvelle de Tonino Benacquista, dont les écrits sont déjà à l’origine de Les Morsures de l’aube et L’Outremangeur. Cette nouvelle éponyme est issu du recueil Tout à l’ego.

La boîte noireRésumé : A la suite d’un accident de voiture, Arthur est plongé pendant quelques heures dans un coma. Durant sa phase d’éveil, dans un délire verbal, il exprime des phrases incohérentes qui trouvent leurs racines directement dans son inconscient.

A son réveil, il est face à une curieuse énigme : Que faisait-il la nuit sur cette route, proche de Cherbourg ?
Ses phrases inquiétantes, dérangeantes et libératrices ont été notées dans un carnet noir par Isabelle, une des infirmières de l’hôpital. Pour l’aider à répondre à ses questions, Isabelle remet à Arthur, comme si elle lui offrait un trésor, le témoignage écrit de son délire.
Dès cet instant commence pour Arthur une incroyable aventure ; il sera à la fois la victime, le coupable et l’enquêteur… de sa propre vie.

Envahi par les traumatismes de notre inconscient, nous faut-il pour autant écraser les souvenirs qui nous encombrent ? (Source : site officiel)



Ce thriller est efficace et offre un surprenant voyage dans l’inconscient avec des images fortes, violentes, parfois dérangeantes.

L’enquête policière qui entraîne le personnage principal, à la fois détective, victime et suspect, à remonter le fil des traumas de son enfance est bien construite pour tenir le spectateur en haleine jusqu’au bout.

Impressionnant dans ce rôle ambigu et torturé, José Garcia est poignant dans sa quête de la vérité et prouve encore une fois l’étendue de son registre.

Un film original et percutant à la mise en scène parfaitement maîtrisée. Mélange improbable de David Lynch et de Jean-Christophe Grangé.

Laisser un commentaire