Luxation congénitale de la hanche

La luxation congénitale de la hanche est une pathologie relativement fréquente, elle est variable en fonction des régions et des pays. Les chiffres donnés varient entre 6 à 20 pour 1 000 naissances, soit environ 15 000 cas par an avec une large prédominance dans le sexe féminin.

Qu’est-ce que c’est ?
La luxation de hanche n’est pas une malformation.

La luxation congénitale de la hanche se produit avant la naissance, dans l’utérus. Dans la très grande majorité des cas, elle est secondaire à des anomalies de positionnement de l’enfant en intra-utérin qui vont entraîner des excès de pression sur le fémur fléchi luxant la hanche en arrière du cotyle. Elle résulterait de contraintes mécaniques tendant à repousser la tête fémorale hors du cotyle en raison d’une posture luxante du foetus, souvent en position de siège décomplété. Ces contraintes mécaniques sont évidemment plus fréquentes lors d’une première grossesse lorsque l’utérus est plus tonique que lors des grossesses ultérieures. La luxation serait favorisée par une hyperlaxité ligamentaire foetale d’origine génétique et peut-être aussi hormonale. C’est donc une pathologie acquise en fin de grossesse, (par exemple dans les présentations par le siège la fréquence d’une luxation est de 1/4).

Il existe des familles où la luxation est fréquente. La Bretagne, la Vendée, le Massif Central étaient et sont encore les régions où cette pathologie héréditaire est le plus fréquente. L’instabilité de la hanche à la naissance est probablement très fréquente, mais un grand nombre de cas se stabilisent spontanément durant la première semaine.

En réalité, il faut parler de “dysplasie congénitale de hanche” ou de “hanche luxable”, c’est-à-dire de hanche susceptible de se luxer à la marche si aucun traitement n’est entrepris. Mais toute hanche luxable, heureusement, ne se luxe pas.

Anatomie
Hanche
L’articulation de la hanche est composée de l’extrémité supérieure du fémur (la tête du fémur) qui s’emboîte sur le bassin au niveau d’une cavité ostéocartilagineuse : le cotyle.

Dépistage de la luxation de hanche
Le dépistage précoce suivi du traitement approprié va empêcher la réalisation d’une luxation et replacer dans le cotyle une tête fémorale dont la présence, bien centrée, est nécessaire au modelage de celui-ci durant le premier âge.

L’échographie des hanches s’est généralisée et peut être effectuée dès l’âge de 2 mois. Elle permet de faire le diagnostic de hanche luxable sans irradier le nourrisson. Cet examen, statique mais aussi dynamique, est performant.

A la naissance, la tête fémorale n’est pas encore ossifiée. La tête cartilagineuse est vide d’écho dans les 4 premiers mois de la vie, mais sa couverture doit au moins être de 50%.

Traitement
Plus tôt le diagnostic est posé, plus facile est le traitement qui permet dans la grande majorité des cas, une guérison parfaite de la hanche. Les principes en sont relativement simples, mais tout est cas d’espèce et on peut dire qu’il n’y a pas de protocole thérapeutique univoque.

Il faut maintenir les membres inférieurs en flexion et abduction, cuisses écartées pendant les premiers mois de la vie. La tête fémorale va ainsi bien se placer dans le cotyle qui pourra se mouler sur elle.

Plusieurs techniques de langeage en abduction sont possibles mais la consultation d’un chirurgien orthopédiste s’impose pour en faire le choix.

Et Julie ?
Le résultat de l’échographie effectuée vendredi dernier (12 décembre à 11h15) est concluant. Ouf… Tout va bien.{#Joyeux}

Laisser un commentaire