Au plaisir de Dieu (Jean d'ORMESSON)

Mercredi 20 mai 2009
Au plaisir de Dieu a obtenu, en 1975, le Prix Balzac. Jean d’Ormesson décrit à travers la vie d’une famille de très ancienne aristocratie, l’évolution des mentalités et valeurs tout au long du XXe siècle.

Au plaisir de DieuRésumé : En hommage à la mémoire de son grand-père, symbole de la tradition, le cadet d’une vieille famille française enfermée dans l’image du passé raconte ce qui a été et qui s’achève de s’effondrer.

Le berceau de la tribu, le château de Plessis-le-Vaudreuil est au centre de cette longue chronique qui embrasse, depuis les croisades jusqu’à nos jours, l’histoire du monde, du pays, du clan, de tout ce que la lignée a incarné et en quoi elle a cru.

Un mariage d’amour et d’argent, les idées contemporaines et subversives, les livres, les moeurs nouvelles ouvrent successivement des brèches dans la forteresse de la tradition.

L’histoire du XXe siècle, avec ses situations paradoxales, précipite la mutation et la décadence d’une famille qui avait su, à travers tous les cataclysmes, maintenir ses privilèges et conserver son charme. Le narrateur n’ignore pas qu’il est le dernier à connaître une forme de vie condamnée.

Tout le livre est empreint d’une mélancolie qui lui donne sa résonance et sa poésie. C’est ici l’histoire d’une famille imaginaire, brillamment repensée avec une sorte, à la fois de lassitude et d’allégresse. (Source : France Loisirs)

Au plaisir de Dieu est un grand roman, en ce sens qu’il décrit à la fois un univers fixe, fermé, assujetti à des lois immobiles, à des rites immémoriaux, et le mouvement irrésistible de l’Histoire.” Dominique Fernandez, l’Express

Laisser un commentaire