Doomsday

Lundi 16 février 2009
La fin est proche !
Doomsday rend hommage à des oeuvres majeures du cinéma d’anticipation des années 70/80 telles le Mad Max de George Miller ou le New York 1997 de John Carpenter.

DoomsdayRésumé : Un terrible virus annihile 90 % des habitants en Ecosse. Pour endiguer l’épidémie, le gouvernement anglais construit un mur infranchissable. L’Ecosse est désormais un no man’s land barbare et violent où les survivants sont coupés du monde.
Lorsque 30 ans plus tard, le même virus réapparaît au coeur de Londres, un commando de choc part en mission suicide rechercher un éventuel vaccin dans une Ecosse contrôlée par des gangs rivaux…



Le scénario accumule les scènes d’action barbares et puériles. Les méchants arborent un look punk et se battent sur une bande son new wave déglinguée. Les personnages principaux, perdus au milieu de ce salmigondis indigent, sont réduits à des caricatures sans le sou : un psychopathe fan de Django Edwards, un médecin renégat fan de Connor MacLeod et une héroïne digne d’Alice dans Resident Evil.

Ce film ne possède aucune autre ambition que de rendre hommage à un genre qui, à quelques exceptions près, a généré une quantité innombrable de nanars américains, pillant des scènes entières de “Mad Max”.

Ce thriller apocalyptique est une sombre série B aux faux airs de film d’anticipation.

Laisser un commentaire