Tant que mes yeux…

Louise LABÉ (1524-1566)
Sonnet XIV

Tant que mes yeux...

Tant que mes yeux pourront larmes espandre,
A l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre :

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes graces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Prirey la Mort noircir mon plus cler jour.


Tant que mes yeux pourront répandre des larmes,
en regrettant notre bonheur passé :
et que ma voix pourra résister aux larmes
et aux sanglots, et un peu se faire entendre :

Tant que ma main pourra tendre les cordes
du luth mignon, pour chanter tes grâces :
tant que mon esprit voudra se contenter
de ne rien vouloir sauf te contenir :

je ne souhaite pas encore mourir.
mais quand je sentirai que mes yeux tarissent,
que ma voix se casse, et que ma main est impuissante,

et que mon esprit en ce mortel séjour
ne peut plus montrer qu’il aime :
Je prierai la Mort de noircir mon jour le plus clair.


Luth : Instrument de musique à cordes pincées, issu de l’instrument arabe nommé « oud », lequel avait été introduit en Espagne à la fin du Moyen-Age. A la fin du XVe siècle il est devenu un instrument d’usage courant et pendant les 2 siècles qui suivent, il donne lieu à un abondante littérature musicale. Louise Labé en jouait.

Ce contenu a été publié dans Poème, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Tant que mes yeux…

  1. nhoccon dit :

    C’est quoi comme langue ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *