Un bébé ? Quelle drôle d’idée !

Je m’appelle Gudule. J’ai une trousse pleine de billes et des chaussures vernies qui brillent.
Ma maman fait souvent des crèpes. Mon papa m’emmène au cinéma.
Jusqu’à maitenant, tout allez bien pour moi…

 

Mais brusquement, à la piscine, j’ai remarqué que le ventre de maman était tout rond.
Un peu comme si elle avait avalé un petit ballon.
Le soir même, mes parents m’ont annoncé qu’on allait avoir un bébé…
Un bébé ?
Quelle drôle d’idée !
Mais on, c’est qui ?
C’est moi aussi ?
Il faudrait peut-être me demander mon avis.
Je n’ai jamais dit que je voulais un bébé moi !
J’en ai parlé à l’école.
Les nouvelles ne sont pas bonnes ! Bertrand m’a dit que les bébés, ça pleure tout le temps, et tellement fort que même en se mettant de la pâte à modeler dans les oreilles, on les entends encore !
Sa petite soeur, quand elle dort, personne ne doit faire de bruit.
Mais elle, elle ne se gêne pas pour reveiller tout le monde au milieu de la nuit !
Marie-Aglaé m’a dit que les bébés ça ne comprend même pas ce qu’on dit.
Quand on leur met un bonbon sous son nez, ça ne sait même pas l’attraper.
Et en plus, ça vomis !
Mes parents ne se rensent pas compte de la catastrophe qui nous pend au nez !
Plus le ventre de maman s’arrondit, et plus ils ont l’air ravis ! Maitenant, son ventre est gonflé comme un ballon de foot, carrément !
J’ai essayer de les aider.

Un jour, au milieu du diner, j’ai dit :
Mais on a le droit de faire naitre un bébé, et ensuite de le mettre à la poubelle ?

-Quelle horreur ! a hurlé maman

-Voyons, Gudule, dit papa, si on a un bébé, c’est pour l’aimer, pour lui donner à manger, pour l’embrasser… Pas pour le jeter !

Et tous les deux ils m’ont regardée bizarement, longtemps, longtemps.
Le lendemain, ils m’ont acheté une poupée dans un panier. C’est une poupée copiée sur les bébés.
Elle n’a pas de cheveux, pas de belles robes, rien.
Juste un biberon et un pyjama tout mou.
Elle est moche. Je ne l’aime pas du tous.
Je l’ai rangée dans un coin.
Si c’est ça les bébés, merci bien !

J’aimerais tant faire comprendre papa et maman que leur meilleur bébé, c’est moi.
Moi, je sais tout faire comme une geande. Et je sais aussi faire le bébé. Par exemple, je pousse des cris :
Moi veux pas ziande hachée, moi veux biberon, bouillie, agueuh !

Et je lance toutes mes affaires en l’air.
Mais chaque fois que je fais ça, maman s’enerve :

Gudule, arrête de faire le bébé, arrête de faire l’imbécil, s’il te plait !Et quand je répond :

Si les bébés sont des imbécils, pourquoi tu en fait un toi ?

Maman se met en furie :

Gudule ça suffit !

Même la boulangère s’y met.
Elle n’arrête pas de se pencher par-dessus sa caisse pour me demander :

Alors, tu préfèrerais une petite soeur ou un petit frère ?

J’ai beau lui répondre :

Je préfèrerais rien, elle recommence tous les matins…

…Et le ventre de maman continue à gonfler comme une mongolefière…

Finalement, à force de gonfler, maman est partie faire son bébé.
On est restés seuls papa et moi.
Heureusement que j’étais là pour aider à la cuisine.
Le premier jour on a mangé des raviolis.
Le deuxième jour on à mangé des raviolis.
Le troisièmes jour on à mangé des raviolis.
Le quatrième jour onà mangé des raviolis.
Le cinquième jour on à mangé des raviolis.
C’était super.

On a aussi préparer les affaires pour le bébé.
1 berceau.
Des jolis rideaux.
Un pèse bébé.
Une table à langer.
Des biberons.
Un petit hochet.
Du lait en poudre.
Des stocks de couches…
A la fin, j’ai dit à Papa :

Tu ne trouves pas qu’il prend beaucoup de place pour un petit bébé comme ça ?

Papa a eu l’air gêné.
Du coup, il m’a emmenée choisir ce que je voulais au magasin de jouets.
J’ai pris un déguisement de vampire, une famille de robots gluants, et un monstre intérsidéral. Ca ma bien remonté le moral.
Et puis maman est rentrée avec le bébé.
C’est un garçon.
Il s’appelle Gaston.
J’aime bien ce nom.
Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si petit, si ridé, si recroquevillé !
Mais ça ne m’a pas empêchée de lui dire ses 4 vérités :

Tu sais, Gaston, mon petit gars, ne t’imagine surtout pas que tu vas faire la loi, dans cette maison. Je suis là depuis plus longtemps que toi, et…

A ce moment-là, j’ai dû m’arrêter parce que maman est entrée.
C’est moi qui ai donné à Gaston son premier biberon, tout doucement, comme un petit chat. C’est bête, mais c’est vrai : c’est mignon.
En plus, Marie-Aglaé m’a raconté des âneries : mon petit frère n’a jamais vomis.
Bertrand aussi s’est trompé : mon petit frère ne pleure presque pas. Il a même fait son premier sourire à 2 mois.
Et vous savez à qui il a souri ? A moi
Il m’aime vraiment beaucoup, je crois.
Evidemment, ça me fait un peu honte à cause de toutes les méchancetés que je lui est dites, le jour de son arrivée. Il est gentil : il fait comme s’il avait tout oublié.

De mon coté, j’essaie de l’aider.
Je lui montre comment marchent les jouets.
Je l’aide à finir sa purée.
Je le défends contre la voisine qui lui tricote tout le temps des bonnets.
Hier, Gaston a parlé pour la première fois. Il a dit :Du…Dule…
Tout le monde s’est regardé.
Je n’est pas pu m’empêcher de crier :

Du…Dule… C’est Gudule ! C’est moi !

Je m’appelle Gudule.
J’ai une trousse pleine de billes, et des chaussures vernies qui brillent, et surtout un petit frère extra.

Laisser un commentaire