La Grande Bellezza

La Grande Bellezza

La Grande Bellezza

La Grande Bellezza est une comédie dramatique italienne coécrite et réalisée par Paolo Sorrentino, sortie en 2013. Le film s’ouvre sur une citation de Louis-Ferdinand Céline extraite de Voyage au bout de la nuit :

« Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. […] »

Le réalisateur du film, Paolo Sorrentino, explique que « [cette citation] revient à dire : il y a la réalité, mais tout est inventé aussi. L’invention est nécessaire au cinéma, justement pour atteindre la vérité ».

Résumé : Rome dans la splendeur de l’été. Les touristes se pressent sur le Janicule : un Japonais s’effondre foudroyé par tant de beauté. Jep Gambardella – un bel homme au charme irrésistible malgré les premiers signes de la vieillesse – jouit des mondanités de la ville. Il est de toutes les soirées et de toutes les fêtes, son esprit fait merveille et sa compagnie recherchée. Journaliste à succès, séducteur impénitent, il a écrit dans sa jeunesse un roman qui lui a valu un prix littéraire et une réputation d’écrivain frustré : il cache son désarroi derrière une attitude cynique et désabusée qui l’amène à poser sur le monde un regard d’une amère lucidité. Sur la terrasse de son appartement romain qui domine le Colisée, il donne des fêtes où se met à nu “l’appareil humain” – c’est le titre de son roman – et se joue la comédie du néant. Revenu de tout, Jep rêve parfois de se remettre à écrire, traversé par les souvenirs d’un amour de jeunesse auquel il se raccroche, mais y parviendra-t-il ? Surmontera-t-il son profond dégoût de lui-même et des autres dans une ville dont l’aveuglante beauté a quelque chose de paralysant… (Source : AlloCiné)

Laisser un commentaire