Dimanche 25 janvier 2009
Voici l’un des plus grands livres du XXe siècle. 1930, Alger. Meursault, employé de bureau sans relief, est condamné à mort. Il a tué un Arabe. Sur la plage. Parce qu’il faisait chaud, parce que la lumière était trop vive… Quatre balles. Deux vies qui s’écroulent. Un chef-d’œuvre.

L'étrangerQuatrième de couverture : Narrateur de sa propre histoire. Meursault décrit avec un total détachement l’absurdité des actes de sa vie quotidienne, depuis l’annonce de la mort de sa mère jusqu’à l’acte définitif qu’il sera amené à commettre. Ce n’est qu’à l’heure de la mort que s’exprimeront sa passion de vivre et sa révolte. L’une des oeuvres majeures et des plus troublantes de la littérature du XXe siècle.

“Camus disait que le seul rôle véritable de l’homme, né dans un monde absurde, était de vivre, d’avoir conscience de sa vie, de sa révolte, de sa liberté.” William Faulkner

Ecrivain et journaliste français né à Alger en 1913, Albert Camus est l’auteur d’une oeuvre variée composée de romans, pièces de théâtre et essais. Après Noces et Caligula, il publie le cycle de l’absurde constitué de L’étranger, Le Mythe de Sisyphe et Le Malentendu. Suivront, entre autre, La Peste, L’Etat de siège, Les Justes et L’Homme révolté. En 1957, le prix Nobel couronne l’ensemble de son oeuvre. Albert Camus meurt en 1960 dans un accident de la route. (Source : France Loisirs)
 



Constatant l’omniprésence de l’injustice et du mal sur la terre, Camus proclame l’absurdité du destin de l’homme, et sa responsabilité d’imposer ses propres valeurs pour introduire dans le monde plus de justice et de bonheur.

Note : 3,5/5