Riz noir (Anna MOÏ)

Mercredi 8 août 2007
Née à Saigon en 1955, Anna Moï, dont le prénom en vietnamien Thiên Nga signifie "Cygne céleste" est auteur et styliste. Elle, qui a fréquenté des établissements scolaires francophones depuis son plus jeune âge, écrit exclusivement en français des histoires qui prennent source dans son pays natal. Riz noir est son premier roman.

Riz noirRésumé : En 1968, la guerre du Vietnam bascule. La violence parvient à son paroxysme lors de l'offensive du Têt : Saigon est à feu et à sang.

Au-delà de certains faits réels, Anna Moï donne à voir et à sentir le Vietnam de son enfance. Ce roman a été en partie inspiré par l'histoire authentique de deux soeurs adolescentes internées dans le bagne de Poulo Condor, au large de Saigon.

À travers la mémoire des personnages, jusque dans les cages à tigres de Poulo Condor, les paysages du Vietnam restent vivaces. Odeurs, rites et secrets, couleurs : noir de la soie laquée et des ténèbres de la prison, blanc du riz et de la chaux, jaune de la carambole et des robes de bonzes, rouge des papiers démonifuges ou du sang menstruel…

Riz noir est aussi le livre sur la perte de l'innocence, et un hymne aux femmes vietnamiennes, filles de dragon selon la tradition, filles d'eau et de feu, fragiles et invincibles. (Source : Folio)



L'auteur raconte avec subtilité et intensité le passage de l'adolescence à la femme dans les conditions horribles de l'enfermement et de la torture. Ce roman nous fait découvrir par la voix d'une jeune fille des moments terribles et moins connus que d'autres de la guerre du Viêt Nam et de ses suites.

Un ouvrage à faire frémir, mais aussi un chant d'amour au Viêt Nam. Ce récit est brodé de mots d'une infinie douceur pour dire l'abomination absolue. Riz noir le rappelle sans détour ni fausse pudeur : même le pire peut susciter la nostalgie.

Note : 3,5/5