Une mort joyeuseVendredi 11 juillet 2008
Ce roman a obtenu le prix Edgar Allan Poe du meilleur roman 1963.

Titre original : Death and the Joyful Woman

Résumé : Avant de mettre sur orbite le célébrissime frère Cadfel avec le phénomène succès que l’on sait, Ellis Peters avait déjà conquis ses galons de reine du crime à l’anglaise avec la saga familiale consacrée à l’inspecteur George Felse et son fils Dominic.
C’est cette série very british que Grands Détectives vous invite à découvrir à travers une première enquête placée sous le signe de l’humour et qui obtint à sa parution le prix Edgar Poe du meilleur roman policier de l’année. (Source : 10/18)


Très bien écrit, ce roman passionnant raconte une enquête de manière très originale.

Dominic Felse, 16 ans, s’éprend d’une jeune femme, gardant pour lui seul cet amour. Son père, l’inspecteur George Felse, est invité à l’inauguration d’un pub. Lors de cette soirée, le très peu sympathique propriétaire Armiger est tué et l’on inculpe la jeune femme. Par amour, le fils va se débattre pour prouver l’innocence de sa dulcinée…

Ce roman, facile et agréable à lire, commence tranquillement mais au fil des pages, on se laisse prendre au jeu. Les personnages sont attachants et consistants. Le suspense présent et les rebondissements crédibles.

Ellis Peters nous offre un roman policier classique mais efficace. Un modèle du genre.

Note : 4/5

Le pèlerin de la haine

Le pèlerin de la haine

Titre original : The Pilgrim of Hate

Résumé : Malgré la guerre civile qui ravage le XIIe siècle, des milliers de pèlerins se rendent à l’abbaye de Shrewsbury pour s’incliner devant les reliques de sainte Winnifred. Cette cohue rassemble le meilleur et le pire des âmes pures et des criminels endurcis, affectant une piété sans bornes. Mais frère Cadfael sait mieux que personne que l’habit ne fait pas le moine. En tapinois, il mène son enquête, invitant le lecteur à résoudre l’énigme avec lui. Une fois encore, cette fine mouche d’Ellis Peters nous entraîne au cœur du tumultueux Moyen Âge. (Source : 10/18)


Ellis Peters a parfaitement réussi à rendre vivants les moines de l’abbaye Saints-Pierre-et-Paul et les habitants de Shrewsbury. Elle avouait à la fin de sa vie : “l’intrigue criminelle m’intéresse de moins en moins”. Mais elle continuait à s’intéresser à la vie quotidienne au XIIème siècle. Ce roman policier s’appuie donc sur un important et solide arrière-plan historique. On apprend beaucoup sur l’Angleterre de l’époque du Moyen-Âge.

Frère Cadfael vit aux temps troublés de la guerre civile entre Étienne de Blois et Mathilde l’Emperesse pour le trône d’Angleterre. Son meilleur ami et confident, Hugh Beringar, est un partisan d’Étienne, mais Cadfael aide indifféremment les alliés de l’un ou l’autre camp.

Frère Cadfael est un héros qui ne paraît pas doué de capacités extraordinaires. Après avoir été soldat (notamment en Palestine lors de la première croisade (1096 – 1099)) et marin-pêcheur, il revient en Angleterre et décide en 1120 de devenir moine chez les Bénédictins à l’abbaye des Saints-Pierre-et-Paul de Shrewsbury, à la frontière du pays de Galles. Il occupe les fonctions d’herboriste, préparant baumes et potions pour les autres frères ou les habitants de Shrewsbury. Sa perspicacité et sa connaissance de l’âme humaine lui permettent de découvrir des criminels.

Son flair et son bon sens vont faire merveille. Avec finesse et intelligence, il va découvrir parmi la foule des croyants, le coupable du lâche assassinat.

Le suspense est là, jusqu’au bout. Ce roman nous tient en haleine jusqu’à la fin. Il offre en prime une très surprenante révélation finale qui incite à lire la suite. Une série policière médiévale à découvrir…

Note : 3,5/5