Vendredi 12 septembre 2008
Frances Fyfield est une romancière anglaise, mais aussi substitut du procureur. Elle a publié son premier roman en 1988. Elle a été récompensée par le Grand Prix de littérature policière en 1998 pour Ombres chinoises.

Une profonde affectionTitre original : Undercurrents

Résumé : Étudiants tous les deux, l’Américain Henry Evans et l’Anglaise Francesca Chisholm s’étaient rencontrés alors qu’ils parcouraient l’Inde sac au dos. Leur idylle avait tourné court car la mort de son père avait contraint Francesca à rentrer précipitamment en Angleterre. Plutôt que de l’accompagner, Henry avait préféré poursuivre ses vacances. Vingt ans plus tard, il est toujours hanté par le souvenir de son amour de jeunesse et tenaillé par le regret de n’être pas resté à ses côtés. Quittant les États-Unis pour venir travailler en Angleterre, il débarque dans la petite ville dont Francesca est originaire, déterminé à la retrouver et à renouer les fils de leur relation passée. Une fois sur place, il découvre que Francesca purge une peine de prison à perpétuité pour le meurtre de son fils de cinq ans. Refusant cette réalité, il décide de mener sa propre enquête, dans un environnement où tout lui semble hostile… (Source : France Loisirs)

“Auteur de romans policiers, certes, mais avant tout écrivain de talent, France Fyfield affine son style de livre en livre, dans la lignée des meilleures romancières anglaises. Drôlement attachant cet Henry Evans, qui se rend en Angleterre pour retrouver une femme qu’il a aimée jadis et qui découvre qu’elle est en prison pour meurtre. L’atmosphère de cette petite ville côtière est étrange à souhait, ses habitants, excentriques et complexes. Qui ment et qui se cache ? Qui sait quoi ? Et qui protège qui ? Excellente au demeurant, l’intrigue n’est qu’un prétexte pour peaufiner les personnages. Là, Miss Fyfield travaille dans la dentelle. Voilà un livre que je n’ai pas lâché, qu’on ne peut plus lâcher. Une vraie réussite.”
Michèle Fitoussi
Rédactrice en chef, Elle



Est-ce un thriller ou un roman d’amour ? Souvent émouvant et profondément humain, ce texte est sans doute un peu des deux. L’auteur le décrit un “roman d’amour angoissant”.

Le sujet du roman est la confrontation d’un passé idéalisé avec la dure réalité. Nombreux sont ceux qui vivent dans le souvenir d’un amour disparu, mais rares sont les “élus” qui le retrouvent intact des années plus tard. C’est à cela qu’est confronté Henry : la fuite du temps, le bonheur ébréché comme un vieux vase sans fond, la mémoire sélective de l’homme blessé…

Frances Fylfield met en scène des personnages profondément humains avec leurs doutes, leurs faiblesses, leur douceur et leur cruauté parfois. Le héros est vite touchant par son acharnement à vouloir garder son image de Francesca et la pugnacité qu’il déploie pour comprendre les faits est des plus admirables.

Les rebondissements au moment où l’on ne s’y attend plus donnent une réelle dimension policière à ce roman psychologique. Les dernières pages en surprendront plus d’un et offre un final inattendu. La vérité qui s’est progressivement forgée dans l’esprit du lecteur éclatera en plusieurs vérités. Rien n’est aussi simple que les apparences le laissent supposer !

Note : 3,5/5