Babylon Babies (Georges DANTEC)

Lundi 1er juin 2009
Babylon Babies est le troisième roman de l’écrivain français naturalisé canadien Maurice G. Dantec, publié en 1999. Il fait suite à La Sirène Rouge (1993) et aux Les Racines du mal (1995).

Babylon BabiesQuatrième de couverture : Un mafieux sibérien collectionneur de missiles. Un officier du GRU corrompu et lecteur de Sun Tzu. Une jeune schizophrène semi-amnésique trimballant une arme biologique révolutionnaire. Des scientifiques assumant leur rôle d’apprentis sorciers et prêts à transgresser la Loi. Une poignée de soldats perdus à l’autre bout du monde et se battant pour des causes sans espoir. Des sectes post-millénaristes à l’assaut des Citadelles du savoir. Des gangs de bikers se livrant à une guerre sans merci à coups de lance-roquettes. De jeunes technopunks préparant l’Apocalypse. Un écrivain de science-fiction à moitié fou prétendant recevoir des messages du futur.
N’ayez pas peur.

Né en 1959 à Grenoble, Maurice G. Dantec est un amateur impénitent de science-fiction, de romans noirs, de métaphysique et de rock’n roll. Il se consacre à l’écriture depuis 1990. Outre Babylon Babies (La Noire, 1999), il a publié aux Éditions Gallimard La sirène rouge, Les racines du mal et, en 2000, le premier volume de son Journal, Le théâtre des opérations. (Source : FOLIO)



Mathieu Kassovitz en a tiré une adaptation cinématographique intitulée Babylon A.D., sortie le 20 août 2008.

Au carrefour du roman noir et de la science-fiction, le récit de Dantec est, plus qu’une simple lecture, une expérience fondamentale. L’auteur brasse les phobies et folies du moment dans une brillante fresque épique, violente, noire, philosophique.

Mélange de bioéthique, de religion, de philosophie, de messianisme. L’auteur nous plonge dans un univers désolé, sinistre et pessimiste. Dantec est nihiliste et lire un de ses romans flanque un sacré coup au moral. L’avenir est noir sur le plan éthique et esthétique.

Mafia sibérienne, bouleversement écologique, sa capacité à rendre son univers réaliste en multipliant les références et les points de détails rend le tout encore plus saisissant. Il réalise l’exploit de glisser de manière progressive de notre monde moderne à un univers de SF en pleine constitution avec des robots et tout les gadgets high-tech que cela impose.

En parallèlle d’une intrigue haletante aux multiples rebondissements, l’auteur nous livre des éléments de réflexion sur le monde qui nous attend dans un futur proche.

Note : 4/5