Mardi 3 mars 2009
Le transporteur 3 marque la troisième aventure du désormais célèbre Frank Martin alias Jason Statham, après Le transporteur (2002) et Le transporteur II (2005).

Le transporteur 3Titre original : Transporter 3

Résumé : Parce qu’il est le spécialiste incontesté des livraisons à haut risque, Frank Martin se voit contraint, sous la menace, de transporter deux sacs imposants et une jeune Ukrainienne depuis Marseille jusqu’à Odessa.
Que contiennent les sacs ?
Qui est cette fille?
Pourquoi doit-il l’accompagner ?
Quels enjeux se cachent derrière cette livraison ?
Frank ne sait pas grand-chose, et surtout pas comment il va sortir de ce piège tendu par un adversaire bien plus redoutable que les précédents… (Source : site officiel)

Vendredi 13 février 2009
Celui qui cultive sa vengeance se consume.
Celui qui l’ignore se renie.

Rogue l'ultime affrontement

Rogue l’ultime affrontement

Titre original : War

Résumé : Depuis l’assassinat de son meilleur ami, l’agent du FBI Jack Crawford n’a plus qu’une obsession : retrouver Rogue, celui que tout désigne comme coupable, et faire justice lui-même. Mais comment attraper le plus redoutable des tueurs, un véritable fantôme capable d’apparaître n’importe où pour semer le chaos avant de s’évanouir dans la nature ?
Lorsque Rogue refait surface, aussi mystérieux qu’insaisissable, il déclenche une guerre spectaculaire entre la mafia chinoise et les Yakuza japonais. Malgré les risques, Crawford est plus que jamais décidé à en finir avec Rogue et se jette dans la mêlée.
Alors que la guerre des gangs fait rage, Crawford va s’approcher de plus en plus de son ennemi et découvrir le secret qui se cache derrière chaque combat…


Un tueur fantôme, un flic et sa famille décimés un dimanche de barbecue, une guerre entre yakuzas et triades dans les rue de San Francisco… Rogue part sur de bons rails. Hélas, la partie d’échecs qui oppose les Chinois aux Japonais tourne vite à l’affrontement simpliste.

Les scènes d’action façon clip sont bien réalisées. Mais l’histoire peine à être crédible. Les seconds rôles sont insipides. Jason Statham est presque ridicule, avec sa voix cassée exprès et son humeur marquée par le poids des malheurs (coéquipier assassiné, divorce).

Pourtant, après avoir déroulé une heure et quart de séquences banales, le scénario délivre un retournement formidable. Entre d’autres mains, cette fin aurait pu transcender le film et faire de Rogue une série B de référence. Malheureusement, même si l’ingéniosité de cette révélation interpelle, elle ne sauve pas l’ensemble de la platitude.

Dommage pour Jet Li, qui prouve qu’il aurait pu faire carrière dans le muet.

Lundi 13 février 2006
Le Transporteur II est la suite du "Transporteur", sorti en 2002. Toujours produit et scénarisé par Luc Besson pour sa société EuropaCorp, il bénéficie cette fois d'un radical changement au niveau du casting et de l'équipe technique puisque, délocalisation aux Etats-Unis oblige, les Français sont majoritairement remplacés par des Américains. En revanche, la réalisation est toujours assurée par Louis Leterrier, secondé pour les scènes d'action par Corey Yuen. Et le Français François Berléand reprend du service dans le rôle de l'inspecteur Tarconi.

Le transporteur 2Résumé : Pour un homme de la trempe de Frank, conduire un jeune garçon à l'école pendant quelques jours est une mission plus que facile. Sauf que le petit est le fils d'un haut responsable de la lutte anti-drogue. Alors qu'il doit emmener le gamin chez le médecin, ce dernier se fait kidnapper par un groupe de trafiquants. Malgré son entraînement, Frank ne peut rien faire. Heureusement, contre une forte rançon, les kidnappeurs relâchent l'enfant. Mais Frank s'aperçoit vite qu'ils lui ont inoculé un virus mortel, de façon à contaminer son père et tous ceux qui entravent le commerce de la drogue. Une course contre la montre s'engage alors pour sauver ce qui peut encore l'être…


Inégal et manichéen, le très maigre scénario de Luc Besson fait fi de toute crédibilité. Bien sûr, tout ça ne se veut que pur divertissement. Du cinéma de genre. Impossible de prendre cette grosse production française tournée à Miami au sérieux, chacune de ses séquences offrant des délires spectaculaires d'une invraisemblance qui serait rédhibitoire dans une production lambda, mais dont on s'accommode ici parfaitement, Besson positionnant ouvertement ce mini blockbuster dans la catégorie du film de super héros. Son transporteur, au look au demeurant anecdotique, devient un homme extraordinaire à la Batman ou Spider-man, un être invincible, mais sans le costume qui va avec. Agrémentée de seconds rôles aussi fun qu'improbables, cette suite s'avère plus divertissante que l'originale. Louis Leterrier soigne le rythme et filme l'action avec tonus. A voir au énième degré de la dérision, avec des yeux amusés et un cerveau au vestiaire.