Vendredi 13 février 2009
Celui qui cultive sa vengeance se consume.
Celui qui l’ignore se renie.

Rogue l'ultime affrontement

Rogue l’ultime affrontement

Titre original : War

Résumé : Depuis l’assassinat de son meilleur ami, l’agent du FBI Jack Crawford n’a plus qu’une obsession : retrouver Rogue, celui que tout désigne comme coupable, et faire justice lui-même. Mais comment attraper le plus redoutable des tueurs, un véritable fantôme capable d’apparaître n’importe où pour semer le chaos avant de s’évanouir dans la nature ?
Lorsque Rogue refait surface, aussi mystérieux qu’insaisissable, il déclenche une guerre spectaculaire entre la mafia chinoise et les Yakuza japonais. Malgré les risques, Crawford est plus que jamais décidé à en finir avec Rogue et se jette dans la mêlée.
Alors que la guerre des gangs fait rage, Crawford va s’approcher de plus en plus de son ennemi et découvrir le secret qui se cache derrière chaque combat…


Un tueur fantôme, un flic et sa famille décimés un dimanche de barbecue, une guerre entre yakuzas et triades dans les rue de San Francisco… Rogue part sur de bons rails. Hélas, la partie d’échecs qui oppose les Chinois aux Japonais tourne vite à l’affrontement simpliste.

Les scènes d’action façon clip sont bien réalisées. Mais l’histoire peine à être crédible. Les seconds rôles sont insipides. Jason Statham est presque ridicule, avec sa voix cassée exprès et son humeur marquée par le poids des malheurs (coéquipier assassiné, divorce).

Pourtant, après avoir déroulé une heure et quart de séquences banales, le scénario délivre un retournement formidable. Entre d’autres mains, cette fin aurait pu transcender le film et faire de Rogue une série B de référence. Malheureusement, même si l’ingéniosité de cette révélation interpelle, elle ne sauve pas l’ensemble de la platitude.

Dommage pour Jet Li, qui prouve qu’il aurait pu faire carrière dans le muet.