La ferme africaine (Karen BLIXEN)

Samedi 3 mai 2008
Karen Blixen est née Denisen en 1885 au Danemark. Issue de la haute société, elle épouse son cousin le baron Bror Blixen et gagne avec lui l’Afrique pour y faire prospérer une plantation de café. La suite ne nous est pas inconnue puisque son roman La ferme africaine la résume assez bien de façon fictionnelle : déception amoureuse, liaison, maladie, divorce et faillite. Karen Blixen a apporté à la littérature danoise de très nombreux chefs-d’œuvre narratifs à découvrir.

La ferme africaineTitre original (en danois) : Den Afrikanske Farm

Résumé : “Quand le souffle passait en sifflant au-dessus de ma tête, c’était le vent dans les grands arbres de la forêt, et non la pluie… Quand il bruissait et chuintait à hauteur d’homme, c’était le vent dans les champs de maïs. Il possédait si bien les sonorités de la pluie que l’on se faisait abuser sans cesse, cependant, on l’écoutait avec un plaisir certain, comme si un spectacle tant attendu apparaissait enfin sur la scène. Et ce n’était toujours pas la pluie. Mais lorsque la terre répondait à l’unisson d’un rugissement profond, luxuriant et croissant, lorsque le monde entier chantait autour de moi dans toutes les directions, au-dessus et au-dessous de moi, alors c’était bien la pluie. C’était comme de retrouver la mer après en avoir été longtemps privé, comme l’étreinte d’un amant.”

Nouvelle traduction du danois par Alain Gnaedig

Arrivée en 1914 au Kenya, vite délaissée par un époux volage, la jeune Karen s’occupe du domaine et se prend de passion pour ce pays. Elle s’acharne à cultiver ses terres nues et désolées, protège la tribu africaine qui y vit, se lie d’amitié avec un chasseur de fauves…
Le livre le plus émouvant jamais écrit sur l’Afrique, le chef-d’œuvre qui a inspiré Out of Africa.

Au départ, cela ne devait être qu’un recueil d’anecdotes de soirées, de “petits tableaux tout à fait véridiques”, de récits de voyages et d’anthropologie. Plus tard cela devint La ferme africaine. (Source : France Loisirs)



Ce livre est une sorte de journal avec des moments de vie et des souvenirs. Karen Blixen fait de très belles et détaillées descriptions de l’Afrique et de ses paysages. L’analyse des africains et l’observation de leur comportement est très fouillée. Nous apprenons énormément de choses sur la vie en Afrique.

Karen Blixen aime et respecte le peuple d’Afrique. Pays qu’elle admire, qu’elle porte dans son coeur, cela se sent. Elle s’est attachée à ceux qui vivaient avec elle. Sa vie là-bas a du être source de bonheur, d’apprentissages et regards sur le monde transformés. Que d’émotions !

L’écriture est très belle, très imagée, très poétique. Un magnifique roman qui vous emporte et vous fait rêver de l’Afrique.

Note : 4/5 {#Bien}

P.S. : Ce film a fait l’objet d’une adaptation cinématographique, intitulée Out Of Africa, le chef-d’œuvre aux 7 Oscars de Sydney Pollack.