Lundi 18 juin 2007
Quatrième et dernier tome du second cycle de la série "Le Triangle secret".

I.N.R.I. - 04 - RésurrectionRésumé : Qui se serait douté que vingt siècles après la mort du Christ, des hommes se battraient encore en son nom ? Au nom de son Secret que le temps aurait dû effacer à tout jamais. Nul n'aurait pu imaginer la nature du pouvoir dormant au coeur de la Forêt d'Orient. La haine et la vengeance traversent parfois les siècles et écrivent les légendes… (Source : Glénat)



Le dessin est splendide et l'intrigue toujours aussi passionnante. Cet ultime opus offre à la série une conclusion en apothéose. Elle est vraiment très surprenante pour tous ceux qui suivent avec passion les héros de Didier Convard.

Jeudi 7 septembre 2006
Troisième tome du second cycle de la série “Le Triangle secret”

I.N.R.I. - 03 - Le tombeau d'OrientRésumé : Le conclave est actuellement dans l’incapacité de se réunir. L’élection du prochain pape tarde, laissant cependant à Frère Macchi le temps d’assister à la régérescence du corps de Jésus dans le laboratoire secret du Vatican. Les Gardiens du Sang exercent leur chantage sur le dominicain en retenant prisonnière sa nièce, Suzana, qu’ils ne lui rendront qu’en échange de la dernière des cinqs bagues rouges… Neuf siècles plus tôt, au coeur de la forêt d’Orient, Hugues et Payns et ses compagnons, dont le célèbre comte de Champagne, bâtissent en secret le tombeau qui devra acceullir la dépouille de Jésus.
Mais l’homme à la hache, le tueur du pape Pascal, n’a pas achevé son oeuvre de mort. Chargé de récupérer les cinq bagues appartenant aux chevaliers, les héritiers du Christ, il traque ceux-ci, sans relâche, implacable. Chacune des bagues contient un symbole. L’assemblage des cinq figures formerait le plus extraordinaire mystère de l’humanité… Une équation alchimique. Celle de la résurrection !


Bien qu’au fil des tomes, ce second cycle est moins surprenant et plus fantastique. Convard reste un bon conteur. Dans cet opus, la partie contemporaine est juste intéressante et toujours aussi rocambolesque. La partie moyen-âgeuse, qui prédomine dans ce cycle, est par contre très prenante. L’intensité dramatique de l’intrigue principale, qui relate l’opposition des futurs Templiers face à l’Eglise du XIIème siècle, contraste même fortement avec la partie contemporaine assez décevante. L’attaque sur la personne de Goeffroy de Saint-Omer constitue une scène d’action très réussie. La conclusion laisse présager d’une suite très palpitante.