Dimanche 13 mai 2007
Le Puits des ténèbres est le quatrième tome de la série "Les éternels" et clôt le diptyque commencé avec "Le Diamant d'Abraham". Cet album marque aussi la fin de la série.

Les éternels - 04 - Le Puits des ténèbresRésumé : La très belle Mira est toujours à Jérusalem sur la piste du diamant d'Abraham, le fabuleux joyau rouge sang qui semble attirer toutes les convoitises. Comment celui-ci a-t-il été récupéré du tombeau des patriarches pendant la guerre des 6 jours et pourquoi a-t-il disparu depuis ? Le puits des ténèbres clôture en beauté la superbe aventure israélienne des Eternels. (Source : Dargaud)



Hélas, à la lecture de ce nouvel album, on a toujours la même impression.

On n'arrive pas à s'attacher aux personnages trop caricaturaux. La petite fille de 8 ans pyromane à ses heures perdues, qui fume des clopes, est particulièrement insupportable.

Le dessin, très rond, est agréable. Les personnages féminins sont particulièrement réussies avec leurs formes généreuses, mais elles se ressemblent un peu toutes. Et les arrières-plans manquent de détails.

Au final ça se lit certes sans ennui, mais je pense aussi que ça s'oublie assez rapidement. Dommage ! L'idée de nous plonger dans le monde des diamantaires et de leurs agents secrets était originale.

Dimanche 13 mai 2007
Le Diamant d'Abraham constitue le troisième opus de la série "Les éternels" et le début d'un nouveau diptyque.

Les éternels - 03 - Le Diamant d'AbrahamRésumé : Mira, l'agent des Eternels, le service secret des diamantaires, est victime d'un attentat à Jérusalem, près du mur des Lamentations. Elle était alors sur la piste du plus précieux des diamants, celui dont on attribue l'origine au sang versé lors du sacrifice d'Abraham. Une enquête haletante pour un thriller ésotérique retors et surtout terriblement sexy.

Lors d'un attentat contre le mur des Lamentations à Jérusalem, Uma est très gravement blessée. Alors qu'elle délire sur son lit d'hôpital, De Boers, le patron des Eternels, tente de comprendre les raisons de sa présence sur les lieux.

Uma était sur la piste du Diamant d'Abraham, l'un des plus précieux joyaux au monde, dont la légende veut qu'il soit formé des gouttes du sang du fils d'Abraham. Son propriétaire, ancien membre du Mossad, vient en effet d'être tué en laissant un jeu de piste kabbalistique qui doit mener à son assassin. Uma va remonter la piste, aidée de Mehdi, le flic kabyle dans un passionnant thriller.

Félix Meynet dessine toujours aussi bien Uma et le scénario, bourré de clins d'oeil et de fausses pistes, fonctionne à merveille. Yann s'est cependant attaché à faire un polar d'une grande lisibilité et très grand public. (Source : Dargaud)



Quand l'Histoire (la guerre des 6 jours, Moshe Dayan) vient s'immiscer dans la petite histoire, celle de De Boers et d'Uma, cela donne un scénario formidable reposant sur une utilisation intelligente de personnages (et de faits) historiques dans une aventure romanesque.

Le scénario mélange habilement flash-back et l'histoire en cours (on peut suivre dans cet opus trois histoires : celle de Moshe Dayan et de ses compagnons d'armes, celle d'Uma avant l'attentat puis celle se déroulant à Paris).

Meynet assure un dessin et des couleurs très clairs, nets et agréables.

Néanmoins, la psychologie des personnages est loin d'être épaisse, on ne parvient toujours pas à s'attacher à un personnage.

Ce troisième tome s'éloigne du milieu des diamantaires. L'histoire se rapproche plus d'Indiana Jones.

Pourtant, ce thriller complexe avec ses belles nanas manque de passion. Cette série se lit rapidement et s'oublie aussi vite.

Samedi 12 mai 2007
Mira est le deuxième album de la série "Les éternels" et met fin au diptyque commencé avec "Uma".

Les éternels - 02 - MiraRésumé : Panique à Anvers. Plusieurs membres des Eternels, la police secrète des diamantaires, sont retrouvés assassinés, un diamant noir dans la bouche.

Thriller passionnant, comédie grinçante regorgeant de personnages déjantés et reportage sur le commerce des pierres précieuses, Yann et Meynet clôturent avec délectation ce premier diptyque d'une série extrêmement prometteuse.

Uma, la nouvelle "éternel", doit asssurer la sécurité de Jaï pendant son mariage. Malheureusement, pendant la cérémonie, la jeune épouse reçoit une balle perdue, tirée par un tueur qui parvient à s'échapper. Les Eternels sont sur les dents et vont remonter la piste jusqu'à Sumac, le père de la mariée qui semble impliqué jusqu'au cou dans la disparition de Mira et dans celle de mystérieux diamants noirs. (Source : Dargaud)



Le rythme est plus soutenu et l'histoire plonge nettement plus dans le série B délirante.

Les personnages manquent d'épaisseur. Ils sont caricaturaux et perdent en crédibilité. Surtout la petite fille de 8 ans pyromane à ses heures perdues, qui fume des clopes, est particulièrement insupportable.

Au final, une lecture assez agréable, mais une impression mitigée.

Samedi 12 mai 2007
Uma a été imaginée par Yann (Les Innommables, Pin-up…) pour Meynet (Double M, Tatania K…). Le dessinateur voulait une belle histoire policière avec de superbes nanas.

Les éternels - 01 - UmaRésumé : Gaz et valium. En général le mélange ne pardonne pas. Sauf si on a un ami qui passe opportunément alors que vous avez déjà un pied et demi dans la barque de Charon. Si l’ami est (bon) flic, donc habitué à réagir au quart de tour, vous avez une (bonne) chance de vous en sortir.
La belle Uma émerge donc indemne de sa cinquième tentative de suicide et reprend son boulot tout en concoctant la sixième. Boulot qui consiste ce jour-là à s’occuper du cas C281. Un crâne. Uma est Technicienne d’Identification Criminelle. Un métier emballant qui permet, à l’aide d’un logiciel ad hoc, de remodeler des visages à partir de pas grand-chose. Uma est une excellente TIC. Le visage de C281 se dessine peu à peu sur son écran. Un visage qu’elle connaît bien.Un visage qui ressemble au sien comme deux gouttes d’eau.

C’est le visage de sa soeur, Mira, disparue de chez leurs parents adoptifs lorsqu’elle avait quinze ans. Mehdi, le flic kabyle, après enquête, la rassure. La victime travaillait dans le milieu diamantaire et n’avait donc rien d’une pauvre gosse de la DASS ! Uma, du coup, vire blême. Leurs parents adoptifs étaient diamantaires… Et elle n’a encore rien vu !
Elle ne sait pas encore que sa sœur faisait partie des Eternels, ces agents secrets sans pitié du monde des diamants.

Elle ne sait pas encore que les employeurs de Mira vont l’obliger, elle, la fonctionnaire dépressive qui a peur de son ombre, à prendre la place de sa soeur, James Bond féminin survitaminée. Et qu’elle va y prendre goût… (Source : Dargaud)


Yann propose un scénario sur un sujet original et fort bien documenté. Mais, les personnages ne sont pas très attachants et leur caractère peu travaillé.

Le dessin est simple, plein de rondeurs. Les personnages féminins sont carrossées comme des déesses, sculpturales au possible.

La lecture est délectable grâce au flic kabyle homosexuel Mehdi au parler haut en couleur et le choix d’une héroïne présentée d’emblée comme ultra dépressive.

Au final, on obtient un cocktail assez explosif. Une bonne dose de réalisme, une pincée d’érotisme discret et une succession corsée de scènes d’action font de notre Uma-Mira au look très « Matrix » une agréable nouvelle venue dans les troupes BD des agents de charme et de choc. A confirmer…