Lundi 5 janvier 2009
Ce sont les Mémoires d’Hadrien, troisième ouvrage publié par l’auteur, qui lui vaut une réputation mondiale. Cette future académicienne (élue en 1980) signe là un roman historique, mais également poétique et philosophique.

Mémoires d'HadrienQuatrième de couverture : Cette oeuvre, qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire. En imaginant les Mémoires d’un grand empereur romain, l’auteur a voulu “refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors”. Jugeant sans complaisance sa vie d’homme et son oeuvre politique, Hadrien n’ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l’importance de penser et de servir jusqu’au bout.

“… Je me sentais responsable de la beauté du monde”, dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l’homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d’un accord harmonieux entre le bonheur et la “discipline auguste”, entre l’intelligence et la volonté.

Ce livre a été traduit en seize langues. (Source : Folio)



Derrière l’esthète cultivé et fin stratège qu’était l’empereur Hadrien, Marguerite Yourcenar aborde les thèmes qui lui sont chers : la mort, la dualité déroutante du corps et de l’esprit, le sacré, l’amour, l’art et le temps. Totalement inattaquable sur le plan historique et remarquable sur le plan littéraire, les Mémoires d’Hadrien reste un livre sur l’humanité et ses problématiques : la maladie, le pouvoir, l’amour (existe-t’il ?), le fanatisme.

Parfois un peu difficile puisqu’il s’agit d’une introspection, ce roman se lit pourtant de bout en bout. La forme épistolaire de ce roman, où le protagoniste, au crépuscule de sa vie médite sur son existence, donne une certaine platitude au rythme de l’histoire qui pourtant est érigée d’événements susceptibles de transcender l’Histoire. L’auteur s’attache essentiellement à romancer la psychologie du personnage au travers des principaux évènements qui ont marqué sa vie. Ainsi, le style a-t-il l’élégance et la concision d’une épitaphe antique, où la poésie affleure. Les Mémoires d’Hadrien est un roman du deuil.

Ce roman psychologico-historique est certes très intéressant et très enrichissant mais pas captivant. Testament d’un empereur moribond, l’oeuvre de Yourcenar, en montrant l’incommensurable inconnue qu’est la mort, enseigne à la manière stoïcienne le goût de la vie.

Un ouvrage de référence pas toujours facile à lire, à recommander uniquement aux lecteurs passionnés d’Histoire.

Note : 3,5/5

Jeudi 3 janvier 2008

Le Coup de GrâceRésumé : En 1919, dans les pays Baltes ravagés par la guerre, la révolution et le désespoir, trois jeunes gens, Éric, Conrad et Sophie, jouent au jeu dangereux de l'amour. Attirance, rejet, faux-semblants, conflits, mensonges et érotisme les pousseront aux confins de la folie.
Marguerite Yourcenar renouvelle le thème du triangle amoureux dans cette somptueuse et tragique histoire d'amour.

Biographie
Née à Bruxelles le 8 juin 1903, Marguerite de Crayencour voyage en Suisse et en Italie avant de se fixer aux États-Unis en 1958. Grand Prix national des Lettres en 1974, elle fut la première femme élue à l'Académie française en 1980. Elle est décédée le 17 décembre 1987 dans l'île des Monts-Déserts. (Source : FOLIO)



A travers ce trio amoureux, Marguerite Yourcenar décortique avec une précision chirugicale l'âme humaine. Elle propose une profonde et fine analyse du comportement humain.

L'écriture est un exemple de la maîtrise la plus totale de la langue française. Elle reste simple et sobre. Le propos sonne toujours juste et le mot utilisé toujours fort. L'émotion y est brute voire brutale.

La fin de ce court roman, véritable gifle, est tristement superbe.

A découvrir absolument.

Note : 5/5