Vendredi 1er juin 2007
Milan Kundera (né le 1er avril 1929 à Brno, République tchèque) est un écrivain de langues tchèque et française. Né en ancienne Tchécoslovaquie, il a obtenu la nationalité française en 1981. L'ignorance est son troisième roman écrit directement en français.

L'ignoranceRésumé : "Sur l'avenir, tout le monde se trompe. L'homme ne peut être sûr que du moment présent. Mais est-ce bien vrai ? Peut-il vraiment le connaître, le présent ? Est-il capable de le juger ? Bien sûr que non. Car comment celui qui ne connaît pas l'avenir pourrait-il comprendre le sens du présent ? Si nous ne savons pas vers quel avenir le présent nous mène, comment pourrions-nous dire que ce présent est bon ou mauvais, qu'il mérite notre adhésion, notre méfiance ou notre haine ?" (Source : Folio)



Construit en 53 petits tableaux, L'ignorance est ponctué de discours philosophiques et de remarques géopolitiques articulés autour du Printemps de Prague, en 1968, et de la Révolution de velours, en 1989, de commentaires sur le voyage homérique et le retour d'Ulysse à Ithaque. Car voilà un récit polyphonique qui pourrait se calquer sur l'Odyssée.

Le mal-être de l'exilé, la quête impossible de son identité, sont omniprésents dans L'ignorance.
Ce récit reflète bien la déchirure que peuvent ressentir les émigrés qui n'ont plus leur place dans leur pays d'origine qu'ils n'ont pas vu évoluer et leur pays d'adoption où ils se sentiront toujours des étrangers. Il décrit parfaitement le piège de l'émigration : ne jamais arriver à évoluer au juste rythme, celui du pays quitté ou du pays adoptif.

Si L'ignorance est le roman du déracinement, c'est aussi parce qu'il est le roman de la mémoire. La mémoire asymétrique qui oppose plus qu'elle n'unit les êtres. Des faits anodins et totalement oubliés pour certains sont essentiels pour d'autres… Cette mémoire baignée de culture homérique a embaumé le passé et plonge les personnages dans l'enfer du présent. La mémoire confrontée à l'accélération du temps propre à notre époque post-moderne.

L'ignorance est assurément un grand roman, une de ces œuvres qui vous accompagnent durablement. Une œuvre moderne écrite par un maître du roman. Des phrases courtes, sans fioritures ni figures inutiles. Le sens prime sur le style. Kundera est sans conteste un des grands auteurs en langue française.

Une quête pleine de désillusion et improbable de l'identité, ici ou ailleurs, passée ou présente, où l'on se cherche, désespérément ignorant… 

Note : 4/5