Jeudi 26 avril 2007
Rabindrananath Tagore est incontestablement le plus grand écrivain indien de langue anglaise du XXe siècle. Il est l'inventeur de la littérature indienne moderne ; son œuvre constituée d'essais, de poésie et de romans a pour cadre le Bengale au début du XXe siècle aux prises avec la domination du Royaume-Uni.

La maison et le mondeRésumé : Publié pour la première fois en 1915, ce beau roman de Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature, a pour cadre le Bengale du début du XXe siècle où sévissent de graves troubles.

Récit à trois voix qui se croisent et se répondent, histoire d'amour centrée sur un bouleversant portrait de femme, ce livre, où se heurtent la tradition et la modernité, est aujourd'hui encore étonnamment moderne, au point d'avoir inspiré au grand cinéaste indien Satyajit Ray l'un de ses plus grands films, La Maison et le Monde. (Source : Payot)



La maison et le monde raconte l'histoire de trois personnages qui sont confrontés à l'émergence des idées libérales et nationales en Inde. Une époque s'achève, une autre commence. Epoque et temps troublés dans un Bengale qui oscille entre tradition et révolution.

L'écriture très lyrique du poète Tagore est brodée de métaphores et colle au plus près des sentiments des trois protagonistes. La narration originale fait alterner le récit des trois personnages principaux. Ils prennent tour à tour la parole pour nous conter leurs sentiments et décrire une même situation où s'entremêlent amour, fidélité, passion, politique, pouvoir, privilèges.

Nikhil est le mari, un riche maharadjah aux idées libérales, féru d'Occident. Il prône la modération dans la lutte contre l'occupant anglais. Il place justice et vérité au-dessus de tout.

Bimala est son épouse qui s'émancipe, après avoir été confinée dans la maison familiale. Elle tangue entre les traditions, l'amour de son mari et de sa famille et l'engagement politique. Elle va se laisser fasciner par un agitateur.

Sandip est le révolutionnaire hostile à la puissance anglaise, prêt à tout. Son esprit est subtil, mais il est de nature vulgaire. Il poursuit des buts beaucoup moins désintéressés. Il va tomber amoureux de Bimala.

Mais une fois tous les ingrédients introduits, ça mijote jusqu'à la fin ! On ne rencontre ni relief, ni surprise. Néanmoins, il reste de très belles pages sur l'amour vu et perçu par une femme indienne et par son mari empreint de sagesse et de générosité. A lire pour mieux comprendre la vision indienne de l'amour.

   Note : 3/5