Le Lézard noir (Ranpo EDOGAWA)

Mardi 5 juin 2007
Ranpo admirait beaucoup les écrivains de romans policiers occidentaux et surtout Edgar Allan Poe dont le pseudonyme Edogawa Ranpo est en fait la transposition phonétique en japonais. Il a aussi été influencé par Maurice Leblanc et Arthur Conan Doyle. Edogawa Ranpo est, au Japon, un des fondateurs du genre policier d'investigation populaire. Le détective principal de ses œuvres se nomme Akechi Kogoro.

Le Lézard noirRésumé : Sur son bras gauche, un lézard noir ondulait, il semblait ramper. Tout en donnant l'impression qu'il allait se déplacer de son bras vers l'épaule, puis vers le cou, pour arriver enfin jusqu'aux lèvres humides et rouges, il restait indéfiniment sur place.

Une enquête de Kogoro Akechi, et certainement le plus célèbre roman policier d'Edogawa : un cambriolage rocambolesque lancera le détective dans une course-poursuite sur les traces d'une femme fatale et sans scrupules surnommée "le Lézard noir", à la recherche de la belle Sanae. Un enlèvement réussi et des travestissements déconcertants mettront à mal sa perspicacité et conduiront le lecteur dans un labyrinthe secret et inattendu, jusqu'à un musée extravagant.

Yukio Mishima a adapté ce roman au théâtre, jouant lui-même un petit rôle dans le film qui en fut tiré par le réalisateur Kinji Fukasaku, en 1968. (Source : Picquier)



L'auteur parvient à installer un suspens haletant, aussi bien dans la résolution de l'enquête que la découverte des personnages eux-mêmes. L'intrigue est menée par un duo fantastique : une sorte d'Hercule Poirot japonais face à une Arsène Lupin féminine.

L'auteur navigue en permanence entre un érotisme suggéré et une poursuite policière en bonne et due forme.

Un roman policier vif, sans cesse en mouvement. Les rebondissements s'enchaînent entre deux touches d'humour noir et de mystère japonais.

Note : 4/5