Lundi 18 août 2008
Cette seconde aventure de James Bond réalisée par Terence Young en 1963, a été tournée juste un an après la première : James Bond contre Dr No.

Bons baisers de RussieTitre original : From Russia with Love

Résumé : James Bond, agent des services secrets britanniques, reçoit pour mission d’aider la jeune Tatiana Romanova à passer à l’Ouest avec une machine de déchiffrement soviétique. Mais Tatiana est en réalité manoeuvrée par Rosa Klebb qui travaille pour le SPECTRE…



Cette deuxième aventure est parfaitement réalisée, un peu à la sauce « hitchcockienne ». Le scénario est magnifiquement écrit, privilégiant l’espionnage à l’action et offrant à tous les personnages une vraie matière et une belle profondeur.

Sean Connery nous y fait une nouvelle fois une démonstration de son charisme et de son humour et restera incontestablement le meilleur des Bond de toute la série.

Un des meilleurs opus de la saga.

Dimanche 6 janvier 2008
Opération tonnerre est le quatrième film de la série des « James Bond 007 », et le troisième et dernier signé par Terence Young qui réalisa les deux premiers et établit ainsi les recettes éprouvées du genre.

Opération tonnerre

Opération tonnerre

Titre original : Thunderball

Résumé : L’organisation criminelle SPECTRE détourne un avion de l’OTAN transportant deux bombes atomiques et réclame une rançon au gouvernement britannique. L’agent secret James Bond est envoyé aux Bahamas à la recherche de Domino, la soeur du commandant Derval, qui pilotait le Vulcan. Celui-ci a en fait été tué et remplacé par un sosie. 007 découvre que l’instigateur de l’opération est un dénommé Emilio Largo, un homme riche et cruel passionné par les requins.

Dimanche 28 janvier 2006
Goldfinger est le troisième volet des aventures de James Bond, incarné par Sean Connery. La tradition selon laquelle le thème introductif devient une chanson pop est lancée avec cet opus.

GoldfingerRésumé : L'agent secret 007 est chargé d'enquéter sur les revenus d'Auric Goldfinger. La banque d'Angleterre a découvert qu'il entreposait d'énormes quantités d'or, mais s'inquiète de ne pas savoir dans quel but. Quelques verres, parties de golf, poursuites et autres aventures galantes plus loin, James Bond découvre en réalité les préparatifs du "crime du siècle", dont les retombées pourraient amener le chaos économique sur les pays développés du bloc Ouest…


Ce troisième James Bond avec Sean Connery est probablement l'un des meilleurs de la saga. Une peau entièrement dorée, une chanson inoubliable, un Oscar (effets sonores)… et la fameuse Aston Martin DB5 à siège éjectable. Goldfinger impressionne de par ses qualités.

Le scénario est très bien écrit et efficace. Il scelle l'ordre du mythe bondien avec une chanson, un homme de main et l'introduction de la voiture bourrée de gadgets. Cet épisode établit définitivement le style et la structure des films de la saga Bond.

Sean Connery est à son meilleur (y compris physiquement). Il peaufine le rôle du surhomme phallocrate, cigarette à la bouche, devant qui toute femme est impuissante et tout ennemi, déjoué.
Mais Goldfinger met aussi en scène un des méchants les plus charismatiques de tous en la personne de Auric Goldfinger lui-même. Il est ainsi brillamment interprété par Gert Fröbe, sadique à souhait.

– James Bond : "You expect me to talk ?"
– Goldfinger : "No, Mr Bond, I expect you to die !"

Les femmes occupent un espace moins important que dans les autres films, la vraie Bond girl, Pussy Galore, n'apparaissant que vers le milieu du film.

Ici, pas de guerre froide, juste l'histoire d'un ambitieux braquage de banque, avec un final dans Fort Knox où la bombe à retardement s'arrêtera au chiffre légendaire 007. Et c'est cette ambition, liée à une certaine décontraction, qui contribue à faire de Goldfinger un des tous meilleurs James Bond de la série.

A ne pas manquer.

Lundi 13 novembre 2006
Cinquième film de la série « James Bond », On ne vit que deux fois fut le champion des recettes de l’année 1967 en Angleterre. Roald Dahl est un auteur de nouvelles fantastiques, au style humoristique et macabre, très prisées Outre-Manche ; il fut choisi pour collaborer à l’adaptation du roman de Ian Fleming à cause de sa situation d’attaché de l’air à l’ambassade d’Angleterre à Tokyo. Une grande partie du film fut en effet tournée au pays du Soleil Levant.

On ne vit que deux foisRésumé : Les États-Unis et la Russie se soupçonnent mutuellement de saboter les essais en vol de leurs programmes spatiaux. Le service secret britannique pense qu’un groupement secret qui a sa base au Japon intercepte les fusées lancées par les deux pays afin de provoquer une troisième Guerre Mondiale. James Bond est envoyé en mission au Japon…


Pour ce nouveau volet des aventures de 007, l’action se passe au Japon. Sean Connery est toujours convaincant. Le scénario se révèle sans grande surprise et est relativement linéaire. Néanmoins, il mélange intelligement scènes d’action, de suspense, de sensualité, le tout agrémenté de culture nippone. Un « James Bond » correct, sans plus.