Léonard de Vinci (Serge BRAMLY)

Mardi 16 mai 2006
Traduit dans douze pays, l’ouvrage de Serge Bramly est aujourd’hui la biographie de référence du “divin Léonard”. Pour raconter la vie mouvementée de l’immense peintre-sculpteur, l’auteur a suivi l’artiste à la trace, dans ses rapports quotidiens avec ses rivaux, ses proches.

Léonard de VinciRésumé : Capable d’élaborer une théorie générale du monde, solide, puissante, cohérente, Léonard de Vinci fut bien sans doute cet homme universel dont rêva la Renaissance. Le peintre-sculpteur fut aussi musicien, ingénieur, architecte, anatomiste, astronome, mathématicien, metteur en scène, écrivain, géologue… Génie visionnaire, il aurait inventé l’avion, le sous-marin, la bicyclette, le violon.
On le qualifia de divin. Il y avait quelque chose d’infiniment troublant, en vérité, dans la multiplicité, l’étendue presque anormale de ses talents et de ses qualités, car l’auteur de La Joconde étonnait d’abord par son charme, son humour, sa force physique et la beauté de ses traits. Et là-dessus, dandy, extravagant.
Pour raconter la vie mouvementée de Léonard, Serge Bramly a mené l’enquête ; il a suivi l’artiste à la trace, l’observant dans ses rapports quotidiens avec ses rivaux, ses proches, Botticelli, Michel-Ange, Machiavel… Ainsi se dessine le portrait fascinant d’un homme unique, exemplaire, sur le clair-obscur d’une époque à nulle autre pareille.


Excellement documenté et très bien écrit, cet ouvrage permet de tout comprendre sur ce génie hors du temps et la vie de l’époque. On rentre dans les détails de la vie et des tourments de cet être hors du commun. Vinci apparaît sous les traits d’un “humaniste acharné à la découverte de la nature”, épris de physique, d’anatomie, etc., inventeur, ingénieur, dessinateur et peintre, mais aussi en homme cynique, “passablement mercenaire et très près de ses sous”. L’un des objectifs de l’auteur était de “dédiviniser” son modèle, malgré la vive admiration qu’il lui porte. Une prodigieuse biographie.

« Serge Bramly est érudit et lumineux… Il étreint toute la dimension d’une vie extraordinairement complexe, plongée dans une époque de grandes mutations, avec une clarté sans précédent. » Tom Phillips, The Observer

Note : 4/5